• "Stay" de Marc Forster("A l'ombre de la Haine", "Neverland"):

    Synopsis:   Henry Lethem prévoit de mettre fin à ses jours dans trois jours et son psychanalyste va tout mettre en œuvre pour que cela n’arrive pas. Henri entend des voix et est sujet à de nombreuses hallucinations mais une question se pose : où fini l’imagination et où commence la réalité...

    Critique:   Voici un thriller psychogique très réussi où l'histoire partant d'une intrigue somme toute classique(un psy qui doit aider un jeune en difficulté)est en fait un véritable puzzle psychologique innatendu qui oblige les spectateurs à distinguer la part de réel et d'illusion.Ce scénario somme toute hors du commun est mis en valeur par le  très bon et charismatique trio d'acteurs(Ewan Mc gregor, Naomi Watts et Ryan Gosling), mais aussi et surtout par la réalisation de Marc Foster qui avec moult effets stylistiques, un montage judicieux et une photographie sublime, évite toutes critiques à son égard.Au final  "Stay" est une énorme surprise qui, avec son scénario très tordu laissant libre cours à nos interprétations, à sa réalisation esthétisante, et à la classe de son casting 3 étoiles vous hantera pendant longtemps, un peu comme "Sixième Sens" en son temps.

    (5G)(4C)(5T)

    USA/Couleurs/2005/99'/20th Century Fox/DVD-18(double face l'une Widescreen, l'autre Fullscreen)/VO D.D 5.1, français et espagnol D.D 2.0/Import DVD Zone 1 disponible depuis le 28 mars 2006 et dans nos salles le 26 juillet 2006.

    Site officiel


  • "Appleseed" de Shinji Aramaki:

    Synopsis:   Suite à une nouvelle guerre mondiale destructrice, des créatures humanoïdes aux émotions contrôlées sont victimes d'une tentative d'éradication...

    Critique:   Dès les premières minutes du métrage, la très haute technicité de l'animation et du style visuel s'impose comme une réussite incontestable, en effet impossible de ne pas s'enthousiasmer devant la fluidité des personnages et la multiplicité des angles de prises de vue qui rendent les scènes d'actions très originales audacieuses(la destruction masive de fin) et très énergiques(l'époustouflante introduction), de plus il révolutionne le monde à présent très présent de la 3D avec ses personnages en Toon-Shading(effet 2D sur des personnages entièrement en 3D).En dehors de cet aspect éblouissant techniquement irréprochable, l'on ne peut qu'être réceptif devant la quantité de sujets dramatiques que le film aborde de façon intélligente , dommage que l'ensemble souffre d'une histoitre trop alambiquée(mais très intéressante et bourrées de surprises en tout genre) où de nombreux personnages font leur apparition avant de disparaitre aussitôt.Il est d'ailleurs regrettable de constater que même les protagonistes principaux ne sont pas assez dévelloppés, même si leur charisme(excellent Briareos)emportent l'adhésion.Au final "Appleseed" est d' une splendeur visuelle incontestable où l'histoire surprenante et prenante ne passe pas devant sa luxueuse technique même si, et c'est bien dommage, les personnages ne sont pas assez dégrossies, mais avouons-le, pour un premier film, c'est une très grande réussite.

    (4G)(4C-Ryuichi Sakamoto, Boom Boom Satellites qui nous ont concocté une partition dynamique et entrainante aux accents modernes, avec un mélange parcimonieux de techno, de rock et de groove-)(5T)

    Japon/Couleurs/2004/101'/Kaze/1 DVD-9 et 1DVD-5/VF D.D 5.1, DTS plein débit et sétréo; VO en stéréo/Disponible en Zone 2 français depuis le 05 avril 2006.

    Site officiel


  • "Shaolin vs Evil Dead" de Douglas kung:

    Synopsis:   Brother White (Gordon Liu) est un prêtre taoïste expert dans le surnaturel. Alors qu’il escortait une troupe de vampires sauteurs jusqu’à leurs cercueils, il s’arrête dans une auberge d’un village qui s’avère être hanté. Tous les occupants se transforment en zombis et l’affrontement commence. C’est alors qu’apparaît son vieux rival Brother Black (Fan Siu Wong).Brother Black détruit  l’âme des morts au lieu de les aider à trouver le chemin de la résurrection, et sa jalousie envers Brother White le pousse à ressusciter un ancien démon…

    Critique:   Voici un Ghost Kung fu Comedy à l'ancienne comme le très moyen "Era of Vampires", dernier en date d'un genre cinématographique malheureusement absent depuis 10 ans sur les écrans.A l'ancienne parce qu'il respecte les codes du genre(une petite leçon sur les vampires très intéréssantes) sans jamais les trahir, mais en y apportant une touche de modernité grâce aux SFX de bon niveaux(utilisation soignée des morphings lors de la scène de l'auberge, mouvements rapides des protagonistes...) et grâce à une utilisation inhabituelle et donc inédite de magie noire distribuée par Brother Black.En parlant de personnages, les acteurs principaux s'en tirent bien, Gordon Liu et Fan Siu Wong en tête et campent des individus hauts en couleurs, malheureusement le scénario ne leur donne guère de profondeur, si ce n'est dans une courte séquence de romance assez agréable.Parlons à présent des deux points à respecter dans une Ghost Kung fu Comedy, à savoir l'aspect fantastique et l'aspect comique.Son côté fantastique est une réussite avec un univers bien décrit et beaucoup de monstres présents(vampires, zombies...), il est d'ailleurs dommage de ne trouver que peu de scènes de combats(4 en tout dont une excellente scène à l'auberge et un sympathique affrontement chorégraphié à la fin).Son côté comédie est par contre raté, en effet l'on ne rigole presque jamais et certaines séquences son limite("Maman, maman"...vous comprendrez).Notez par contre que ce film possède l'effet "Kill Bill", c'est à dire que le métrage est scindé en deux, ce qui est vraiment frustrant, surtout que la coupe intervient lorsque le scénartio commence vraiment à démarrer(tout le reste n'est que mise en place...).La suite s'annonçant d'ailleurs bien meilleur avec beaucoup plus d'affrontements...(voir le générique de fin).Au final "Shaolin vs Evil dead" est un Ghost Kung fu Comedy loin d'être inoubliable(bien plus réussi que "Era of Vampires" tout de même), mais néanmoins sympathique qui plaira certainement aux fans du genre comme aux novices, grâce à la modernité(utilisation harmonieuse des SFX, techniques inédites, costumes post-moderne) apportée au strict respect des codes du genre.

    (3G)(3C-une partition axée essentiellement sur l'ambiance-)(4T-compression un peu juste-)

    Hong Kong/Couleurs/2004/94'/Tai Seng/DVD-9/Cantonais et Anglais D.D 5.1; Mandarin D.D 2.0/Import DVD Zone All américain disponible/Très bon niveau d'anglais recommandé(pour les nuances comiques).

    P.S:Le second volet se nommera "Shaolin vs Evil Dead Ultimate Power".
    En voici d'ailleurs sa bonne Bande Annonce qui laisse entrevoir pas mal de nouveaux persos, plus de SFX et comme je le disais un peu plus haut, beaucoups d'affrontements:
    http://playlist.yahoo.com/makeplaylist.dll?SID=23508315


  • "Wind and Cloud: The Storm Riders" de Raymond Lee("L'auberge du Dragon" aka "dragon Inn"):

    Synopsis: "Vent d'est" et "Nuage" doivent faire face à un nouvel ennemi qui désire s'emparer des 7 épées légendaires, afin de devenir le leader incontesté du monde martial...

    Critique:   Montage de 109 minutes de la suite télévisé du film évènement de 1997, le bien nommé "Stormriders" d'Andrew Lau, "Wind and Cloud: The Storm Riders" peut se vanter de faire presque aussi bien que son illustre modèle, en effet, parsemé de très nombreux combats dynamiques(60% du temps du métrage tout de même!!!)chorégraphiés par le génial Ching Siu Tung("Hero"...), l'histoire qui enchaine beaucoup de péripéthies est très prenante et nous entraine dans son univers si particulier fait de magies et de créatures mythiques(dragon en tête...), l'ensemble est réalisé par Raymond Lee, qui, malgrès un budget restreint se permet moults effets modernes, tels que des accélérations, des bullets-times, des plans séquences et même de nombreux travellings circulaires qui rendent les scènes d'actions jouissives(heureusement vu leurs nombres).Les interprétations sont dans l'ensemble correct  mais l'acteur principal qui n'est autre que l'excellent et trop rare Chiu Man-Cheuk("The Blade"...)innonde l'écran par son charisme.Malheureusement le montage présent laisse de nombreux trous dans la narration(même si la trame principal reste compréhensible)et le budget n'est visiblement pas celui d'un film même si la plupart des images ne déméritent vraiment pas(les SFX  sont bons pour les effets magiques mais assez mauvais pour les Dragons).Au final ce téléfilm très dynamique est un bon prolongement au "Stormriders" d'Andrew lau, qui peut se targuer de posséder une bonne réalisation d'ensemble même si quelques images trahissent son support d'origine, néanmoins le plaisir est vraiment présent grâce à ses très nombreux affrontements.

    (4G-vu comme une production télévisuelle sinon 3G-)(3C-une partition qui mélange avec une certaine réussite rythme traditionnel et techno, même si l'ensemble aurait mérité une véritable orchestration-)(3T-compression limite par endroit et quelques effets de flou-)

    Hong Kong/Couleurs/2004/109'/Tai Seng/DVD-9/Mandarin D.D 5.1 et DTS; Cantonais et Anglais D.D 5.1/Sous-titres anglais/Import DVD Zone All américain disponible depuis le 28 mars 2006/Bon niveau d'anglais recommandé.




  • "Godzilla Final Wars" de Ryuhei Kitamura:

    Synopsis:   Sur une terre dévastée par les guerres et la pollution, des défenseurs de l'ordre affrontent une invasion de gigantesques créatures mutantes...

    Critique:   Réalisé pour son 50ème anniversaire, ce 28ème épisode de la mythique saga Godzilla n'est rien d'autre qu'un feu d'artifice cinématographique, ainsi qu'un digne film d'anniversaire.Dès le splendide générique qui résume en 2 min une saga de près de 50 ans d'éxistance, les clins d'oeil abondent, à commencer par le logo de la Toho qui reprend le design original, mais aussi grâce à sa qualité d'épilogue de nous proposer un lot de monstres ébouriffants(jugez plutôt: Mothra, Rodan, Manda, Ebirah, Angilas, Hedorah, Gigan, King Caesar, Kamacuras, Kumonga, Minga, Monster X, mais auusi Zilla qui n'est autre que la version américaine de Godzilla qui se fait dominer en deux coups de queue).Pour ce qui est de l'histoire sous forme de fourre tout, l'on reste aussi dans le domaine de l'hommage, même si elle intègre des mutants et donc des phases de free fight et de super-sentai qui évitent aux phases humaines de tomber dans l'ennui(élément coutumié de la saga),d'ailleurs les acteurs malgrès leurs interprétations approximatives emportent l'adhésion grâce à la folie post apocalyptique ambiante.Mais ce Kaiju Eiga est spécial, en effet son metteur en scène n'est autre que le réalisateur le plus dynamique de la dernière décénnie, le bien nommé Ryuhei Kitamura("Versus", "Azumi"...)et comme à son habitude son métrage, bien loin des codes du genre en dehors de l'aspect Kitsch des monstres, est fait à sa sauce.Sa réalisation est donc magnifiquement stylisée avec travellings lateraux et/ou rotatifs, arrêts sur images..., en d'autres termes elle en met plein la vue et laisse pantois d'admiration.Ce concentré d'action non-stop nous propose entre autres réjouissances, un affrontement entre un sous-marin nucléaire(commandé par l'excellent Don Frye)et Manda, l'arrivée des monstres dans les grandes villes, une course-poursuite à moto anthologique, Ebirah face aux mutants de la Défense Terrestre et un morceaux de bravoure hallucinant où Godzilla s'oppose à Angilas, Rodan et King Caesar.L'ensemble est soutenu par une Bande Originale rock très entrainante de Keith Emerson, Nobuhiko Morino et Daisuke Yano .Au final "Godzilla Final Wars", entre trucages à l'ancienne(cascadeurs en costumes) et SFX moyens, est un concentré d'action enthousiasmant et jubilatoire où l'ennui n'a pas sa place et où le côté "nostalgie" fait son petit effet.A consommer sans modération.

    (5G)(5C-Keith Emerson,Nobuhiko Morino,Daisuke Yano-)(4T-un grain très perceptible-)

    Japon/Couleurs/2004/125'/Sony Pictures/DVD-9/VO japonaise et anglaise D.D 5.1 EX/Sous-titres français/Import DVD Zone 1 disponible quand au DVD Zone 2 il est dispo à la location et dans quelques mois à la vente.