• undefined We Own the Night (La Nuit nous appartient) de James Gray:

    Le responsable d'une boîte de nuit apprend que la vie de son père et de son frère, membres de la police de New York, est menacée par une mafia locale...

    Dans la pure lignée des polars noirs tendus, James Gray signe avec cette troisième réalisation un film policier réussi à la réalisation élégante, où le mélange crime-famille-police fait des merveilles.

    Sur un scénario palpitant et émouvant qui fait défiler tout un tas de situations connues du cinéma policier en misant sur les personnages, la réalisation excellente de James Gray respire l'amour du cadre. Chaque plans est travaillés et l'on touche parfois à une espèce de bravoure visuels lors des séquences de boîte de nuit, lors du carnage final et surtout lors de l'époustouflante poursuite automobiles sous une pluie d'orage où le spectateur se trouve plongé dans l'habitacle de la voiture. L'ensemble est soutenu par des comédiens quatres étoiles, habités par la noirceur de leur rôle, particulièrement Robert Duval exceptionnel de conviction et de précision dans son jeu d'acteur.

    Un film policier touchant et qui ne fait pas dans la dentelle, porté par un casting de choix et par une réalisation très esthétique. Un polar qui ravira sans aucun doute les fans du genre et les néophytes.

    *****
    Disponible en DVD Zone 1 et Blu-ray Disc Zone A (non zoné).

    Critique support:
    Un Blu-ray Disc globalement convaincant.
    -Un beau transfert HD, aux noirs solides même si un manque de piqué occasionnel se fait parfois sentir.
    -Des pistes TrueHD (anglaise et française) de bonnes factures, axées sur les voies frontales et qui savent utiliser les voies arrières lors de certaines séquences clées.


  • undefined 3:10 to Yuma de James Mangold:

    Un vétéran de la Guerre de Sécéssion qui a des dettes décide d'escorter l’implacable hors-la-loi Ben Wade, célèbre pour ses méfaits à travers tout le pays, au train de 3h10 pour la prison de Yuma...

    Remake d'un classique des années 50, "3:10 to Yuma" est un beau western dans la grande tradition du genre où le réalisateur nous dépeint comme à son habitude des personnages denses et emplis de contradictions.

    Les acteurs sont ainsi le moteur de l'intrigue. Christian Bale interprête avec conviction un homme touchant et traumatisé plein de principes. Face à lui, l'immense Russel Crowe 
    incarne un hors la loi à la fois classe et impitoyable, qui met volontairement de côté son humanité (presque). Les deux stars sont accompagnées du toujours remarquable Ben Foster ("Alpha Dog", "30 Days of Night") en tueur froid et implacable, mais aussi de Peter Fonda ("Easy Rider") en représentant freelance de la loi.

    L'on aurait pu craindre que cette galerie de personnages fournie et développée fasse de l'ombre au rythme et aux évènements du récit, mais il n'en est heureusement rien. Le réalisateur, visiblement fan du genre revisite l'ensemble de ses figures emblématiques pour un résulat percutant. L'on assiste de la sorte à une attaque de diligence, à la construction du chemin de fer par des immigrants chinois, à des séquences de saloon, à des discussions au coin du feu narrant les souvenirs passés, et surtout à nombre de gun-fights fievreux et qui se renouvellent (la fin est anthologique). Le tout est emballé avec puissance (une caméra presque toujours en mouvement qui cadre au mieux les protagonistes) et le metteur en scène se permet de conclure son métrage avec lyrisme.

    Un film magnifique qui redonne au genre ses lettres de noblesse et prouve après "Danse avec les Loups" et "Open Range" qu'il est possible de réaliser des westerns contemporains tout juste remarquable. Une pépite.

    *****
    Disponible en DVD Zone 1 (VF sur le DVD Québécois) et Blu-ray Disc Zone A (non zoné).

    Critique support:
    Un DVD haut de gamme avec un fort beau menu.
    -Une image splendide avec un très bon piqué, des couleurs contrastées et des noirs profonds. Seul du HD peut faire mieux.
    -Très bonne dynamique d'ensemble.


  • undefined 30 Days of Night (30 jours de nuit) de David Slade:

    Alaska, de nos jours. Au coeur de l'hiver, les habitants de la paisible ville de Barrow s'apprêtent à passer, comme tous les ans, un mois sans soleil, mais un gang de vampires a investi la ville pour l'éradiquer de tous ses habitants...

    Un film de vampires violent et oppressant, voila qui change des "Entretien avec un Vampire" et autre "Underworld".

    Jeune réalisateur au talent indéniable, David Slade avec un sens du cadre bluffant et une photographie magnifique (le contraste entre la neige d'une immaculée blancheur et le sang rouge vif est incroyable) nous offre un spectacle magnifiquement mis en scène à l'ambiance étouffante où le second degré n'a pas sa place. Les acteurs sont tous tres bons, avec un Josh Hartnet crédible en héros malgrès lui et une Melissa Georges fragile mais toujours déterminée. Mais la plus belle réussite du métrage reste le design (un mélange de la famille adams et de requins) et le comportement très prédateur des vampires. Ils sont flippants et ne font jamais dans la dentelle. Notons aussi une belle scene finale très melancolique (inspirée de "Blade II") et des idées de scénario atypique (des enfants vampires). Par contre la gestion du temps est mal gérée (les évènements pourraient très bien se passer sur une seule nuit ce serait pareil), comme le montage global vis à vis de l'espace (comment ce personnage est arrivé ici par exemple).

    Un film d'horreur plastiquement soigné, oppressant et violent où les vampires font preuve de beaucoup de barbarie. Un incontournable pour tous les fans du genre.

    *****
    Disponible en DVD Zone 1 et Blu-ray Disc Zone A (non zoné).

    Critique support:
        
    Le Blu-ray Disc Zone A fait partie des TOPS du support.
    -Une image très contrastée, un grain aux abonnés absent, une profondeur de champs incroyable.
    -Des pistes sonores poids XXL. L'on ne perçoit aucune accentuation sur la piste son française, même sur les noms propres, mais je ne sais pas si c'est une VFF.
    Du tout bon et plus encore.


  • undefined The Invasion de Olivier Hirschbiegel et James Mc Teigue:

    Une immense explosion embrase le ciel, de Dallas à Washington, répandant sur des milliers de kilomètres carrés les restes de la navette spatiale Patriot. Les autorités prennent rapidement la situation en main, mais d'étranges rumeurs ne tardent pas à circuler : on aurait trouvé, collée aux fragments de l'engin, une matière inconnue, hautement toxique, capable de résister à des températures extrêmes. Et les premiers à entrer en contact avec elle n'auraient plus d'humain que l'apparence...

    Cette quatrième version cinématographique du roman "Invasion of Body Snatchers" de Albert Finney, n'est pas la catastrophe annoncée à peu près partout au moment de sa sortie, mais un divertissement honnète qui souffre de quelques lacunes comme des acteurs peu impliqués (le classe Daniel Craig excellent d'habitude semble fade ici), une tension pas assez présente (les évènements sont trop rapides) et un manque certain d'émotion (manque d'implication, dommage pour un film catastrophe). En contrepartie, le spectacle est là (la séquence finale tournée par James Mc Teigue est percutante), les contaminés nombreux, la musique réussie et Nicole Kidman est toujours aussi bonne actrice (elle porte le film sur ses frêles épaules). Notons également un message intéressant sur la nature profonde de l'être humain et un rapprochement évident entre les évènements du métrage et de notre époque (guerre en Irak...). Pas incontournable donc mais un agréable moment en perspective.

    *****
    Disponible en DVD Zone 1, HDDVD américain et Blu-ray Disc Zone A (non zoné).

    Critique support:
    Un Blu-ray Disc globalement moyen.
    -Des noirs profonds certe, mais du grain et des plans parfois flous.
    -Des pistes sonores efficaces aux mixages savamment dosés.


  • undefined Elizabeth: The Golden Age (Elizabeth l'âge d'or) de Shekhar Kapur:

    En cette année 1585, Elizabeth se prépare à la guerre contre l'Espagne mais doit aussi mener un combat plus intime contre ses sentiments pour Walter Raleigh, pirate au service de Sa Majesté...

    Ce deuxième opus (du même metteur en scène et avec la même interprète que le premier datant de 1998) sur la vie de la reine Elizabeth 1re mêle sentiments, politique et conquête avec brio. 

    Décors haut en couleurs et costumes majestueux  (l'on n'est jamais loin d'un magnifique livre d'images, la photographie n'y est pas étrangère), mise en scène épique et spectaculaire (la bataille navale est époustouflante de part son gigantisme et ses plans sublimés) dont le classicisme fait merveille, histoire (romancée et un peu modifiée bien évidemment) remarquable misant sur le portrait intime de cette reine aux sentiments contradictoires. Cate Blanchett qui l’incarne, nous propose une composition magistrale en donnant un relief évident à cette reine fascinante. Clive Owen est quand à lui parfait en pirate dévoué à la cause Anglaise et surtout à sa reine.

    Un grand et beau film historique qui rend un brillant hommage à une reine d'exception, Elizabeth 1re.

    *****
    Disponible en DVD Zone 1 et HDDVD américain.

    Critique support:
    Sans surprise aucune, voici un HDDVD sublime que l'on doit à Universal.
    -Une image étourdissante aux contrastes fabuleux et à la profondeur de champs impressionnante (effet 3D garanti).
    -Essentiellement centrées sur les dialogues, les pistes sonores savent décoller lorsque l'action le demande.






    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires