• undefined Jade warrior ("Jade Sotturi") de Antti-Jussi ANNILA:

    Kai, petit artisan forgeron du nord de la Finlande est laissé par sa compagne, Ronja, lassée de le supplier de changer de métier, a fini par le quitter. Mais Berg, un spécialiste des légendes nordiques, va lui donner des raisons de continuer à taper l’enclume. Berg vient en effet de découvrir un artefact qui le désigne comme la réincarnation de Seppo, un forgeron d’origine chinoise dont la mission était de forger le Sampo, une arme censée détruire le Démon Sans Nom. Voyage entre la Chine antique et la Finlande d'aujourd'hui...

    Pour cette co-production Finno-chinoise (une première), le réalisateur mélange wu-xia-pian et légende nordique (co-production oblige) en alternant présent (en Scandinavie) et passé (en Chine antique) à travers des souvenirs qui reviennent à la réincarnation présente du grand héros passé (vous suivez?).

    A cause de se déroulement le film est batard. Si les séquences se déroulant dans le passé sont globalement réussies avec des décors et costumes visuellement soignés, les évènements présents sont ennuyeux, avec des dialogues pseudo-philosophiques longs et une unité de lieux restreinte (2 décors, une forge et un magasin). L'histoire est également très longue à démarrer et il faut attendre la seconde moitié du métrage pour s'intéresser au destin de Kai et Ronja. Les 3 combats du métrage très esthétiques (un peu trop de ralentis quand même) manquent d'efficacité et sont trop courts, sauf l'affrontement-danse qui intervient au milieu du film qui est une vraie réussite émotionnelle (cette scène vaut le détour). De ce dernier va naître l'amourette de l'histoire, malheureusement peu crédible car trop survolée, mot qui convient bien à l'ensemble de "Jade Warrior" qui souffre d'un trop pleins d'idées juste effleurées.

    Dans un genre similaire de part les mélanges de styles, le film russe "Night Watch" est plus rythmé et surtout plus fun, mais pour une première tentative le résultat est soigné, malgrès un manque évident de rythme et la rapidité des affrontements.

    *****
    Disponible en DVD Zone All chinois et DVD Zone 3 Thaïlandais en VO.


  • undefined The Brave One ("A Vif") de Neil Jordan:

    Animatrice radio, Erica Blain a tout pour être heureuse, jusqu'à une agression qui lui fait perdre son fiancé et la laisse griévement blessée. Incapable de se remettre de cette tragédie, elle se met à arpenter les rues tard le soir dans une soif de vengeance inextinguible...

    Sur un scénario relativement classique, Neil Jordan façonne un "vigilante movie" solide où les personnage sont mis en avant. Jodie Foster tout en intériorisation dans un rôle de victime qui devient justicière est stupéfiante (l'une de ses meilleures interprétations), tout comme Terrence Howard en flic bienveillant. Le film est globalement violent (la première séquence est à la limite du supportable) et provoque à de plusieurs reprises des sentiments multiples. A l'instar de "Death Sentence" (qui propose une analyse de la loi du talion) le film repose sur une idéologie douteuse c'est vrai, l'idée d'une justice personnelle plus puissante et méritée que la justice légale, mais le film a le mérite d'aller au bout de son idée et termine sur l'interrogation suivante: qui ferait pareil dans des circonstances similaires? Un film soigné, touchant et qui fait réfléchir.

    *****
    Disponible en DVD Zone 1, HDDVD américain et Blu-ray Disc Zone A (non zoné).

    Critique support
    :
    Un Blu-ray Disc de bonne facture de la part de Warner.
    -Compression fine, précision du piqué et noirs solides.
    -Une immersion surround réussie et une belle restitution de la bande originale.
     


  • undefined The Restless de Jo Dong-Oh:

    Les co-équipiers de Yi Kwak ont tous été exécutés pour avoir tenté de renverser les membres corrompus de la cour royale. Dorénavant recherché, Yi Kwak trouve refuge dans un lieu saint qui lui permet d’entrer dans le « Paradis du Milieu », un endroit ou les morts restent quarante-neuf jours avant d’être réincarnés...

    Wu Xia Pian fantastique en provenance de Corée du Sud, comme "Bichunmoo", "The Legend of the Evil Lake" et autre "Shadowless Sword" avant lui, "The Restless" mélange allègrement combats virevoltants et SFX dernier cri au milieu desquels l'histoire d'amour obligatoire (un peu guimauve parfois, comme dans toute tentative wu xia pian coréenne qui se respecte) fait son apparition. 

    L'univers dépeint, fantastique au possible, dès que notre héros pénètre le "Paradis du Milieu" est visuellement splendide (les temples à perte de vue, les gigantesques cascades paradisiaques...) tout comme les très nombreux affrontements stylisés et non répétitifs (chaque confrontation possède son style propre) jusqu'au monumental morceaux de bravoure final digne d'une adaptation live de "Gods of  War" (encore plus spectaculaire que les assaults guerriers de la "Trilogie de l'Anneau" c'est dire). Les protagonistes sont également travaillés, pas d'un point de vue psychologique (tout reste en surface et c'est dommage) mais d'un point de vue esthétique. Le style vestimentaire, les techniques de combats, les armes (filmées sous toutes les coutures), tout concorde à créer des personnages icones haut en couleurs. Le spectacle est ainsi total et l'ennui absent (chaque image est un dépaysement, remercions les SFX excellents).

    Au final, grâce à son visuel enchanteur et ses affrontement titanesques, voici l'un des meilleurs wu xia pian coréen avec "Shadowless Sword".

    *****
    Disponible en DVD Zone 3 coréen en VO.


  • undefined A Good Year ("Une Grande Année") de Ridley Scott:

    Max Skinner, un redoutable banquier d'affaires anglais, vient d'hériter du vignoble provençal où il passait autrefois ses vacances d'été aux côtés de son oncle excentrique. Sachant qu'un château et un vignoble peuvent valoir plusieurs millions de dollars si le vin est bon, il envisage de vendre. Pourtant, il faut se rendre à l'évidence : le domaine ne produit qu'une horrible vinasse…

    Loin des films épiques qui caractérisent les dernières oeuvres de Ridley Scott, "A Good Year" est plutôt un film intimiste, une comédie sentimentale où la valeur des choses simples et non de l'argent est sublimée. Russel Crowe est comme à son habitude impérial, Marion Cotillard est magnifique, mais celui qui tire son épingle du jeu est Didier Bourdon touchant en viticulteur. Le film n'évite bien sûr  quelques clichés (le côté romantique et vieillot de nos bourgades, les vieilles voitures...) mais le tout est joliment emballé et ne peut que flatter notre égaux national (les paysages, les jolies françaises, le bon vin). Un Ridley Scott mineur mais une bonne comédie sentimentale.

    *****
    Disponible en DVD Zone 1 et DVD Zone 2 français.


  • undefined September Dawn de Christopher Cain:

    En 1857, une caravane d'hommes, de femmes et d'enfants est massacrée par une communauté mormone dont les valeurs religieuses ne peuvent s'accommoder de leur présence sur son territoire.

    "September Dawn" est un splendide Western tragique sur un massacre d'innocents qui de nos jours, fait toujours débat aux Etats-Unis (qui sont les véritables fautifs, les Indiens ou les Mormons?), réellement émouvant (attention la séquence finale est d'une cruauté et d'une violence proprement bouleversante) qui laisse la part belle aux acteurs (Jon Voight est impérial en fanatique religieux). Le métrage montre avec finesse les dangers de l'obscurantisme et de l'extrémisme religieux. Un beau Western bouleversant, tout simplement.

    *****
    Disponible en DVD Zone 1.