• Les immortels Les Immortels de Tarsem Singh :

    Le synopsis :

    Les armées du roi Hypérion ravagent la Grèce pour libérer les Titans endormis afin d’anéantir les dieux de l’Olympe et l’humanité tout entière. Rien ni personne ne semble pouvoir arrêter la folie destructrice d’Hypérion, jusqu’à ce qu’un jeune tailleur de pierre, Thésée, jure de venger sa mère tuée par ses soldats...

    Le film : ♥♥♥♥

    Entre 300 et Le Choc des Titans, Les Immortels est un péplum mythologico-fantastique visuellement splendide (les décors et les costumes sont uniques) parsemé de fulgurances visuelles d'une force et d'une puissance picturale rare (l'incroyable travelling arrière vertical final), traversé de scènes d'action dynamiques et très violentes (décapitations et mutilations multiples) dont deux sont tout simplement jouissives (les combats avec les Dieux), doté d'une relecture originale de la mythologie grecque et conduit par un casting qui en impose (Luke Evans, Henry Cavill et Mickey Rourke en tête), mais le film souffre de quelques baisses de rythme et de seconds rôles inintéressants. Malgré cela, les nombreuses prouesses visuelles font de ce péplum mythologico-fantastique un excellent divertissement qui comblera sans peine les amoureux de belles images.

    Le Blu-ray Disc : [Blu-ray 3D] Les Immortels

    - Format vidéo : 1080p MVC [1.85].
    - Pistes sonores : Anglais et Français (VFF) DTS-HD Master Audio 5.1.
    - Sous-titres : Français imposés sur la VO.
    • Image : Un transfert HD époustouflant qui reproduit à la perfection les sublimes images captées à l'aide de la caméra Panavision Genesis. Les détails sont légions, le piqué est du tonnerre, la profondeur de champ est saisissante, les couleurs chaleureuses sont majestueuses, les contrastes sont très affûtés, les noirs sont abyssaux et le léger grain cinématographique est exquis. Une claque visuelle de tous les instants.
    • Audio : A l'image des dieux de l'Olympe, voici des pistes sonores qui frappent fort, très fort ! La dynamique est foudroyante, l'ouverture frontale est énergique, les effets surround (omniprésents) sont immersifs et les basses sont titanesques. Que c'est jouissif !

    La 3D : [Blu-ray 3D] Les Immortels

    Une conversion 3D honorable mais plus appréciable de jour que de nuit à cause d'un manque de luminosité qui cause de la diaphonie. La fenêtre de profondeur est moyenne sur les plans rapprochés et flatteuse sur les plans larges, les contours sont bien creusés et les débordements, certes de faible intensité, sont quand même bien présents (particules, éclaboussures de sang, éléments du décor, corps des protagonistes et lames des glaives). De toute façon, l'expérience visuelle unique que nous propose le réalisateur est à découvrir de préférence en 3D, ne serait-ce que pour l'extraordinaire plan final.

    Blu-ray Disc Région B Français.

    Éditeur : Metropolitan Vidéo.
    Date de sortie : 23 mars 2012.

    Les-Immortels.jpg


  • John Carter 3DJohn Carter de Andrew Stanton :

    Le synopsis :

    Un soldat de la guerre de Sécession se retrouve inexplicablement transporté sur Barsoom, au cœur d’une guerre mystérieuse entre les habitants de la planète. Dans ce monde sur le point de disparaître, il va découvrir que la survie de Barsoom et de son peuple est entre ses mains...

    Le film : ♥♥♥♥

    Adaptation du premier volume de la grande saga littéraire Cycle de Mars écrite par Edgar Rice Burroughs en 1912, John Carter est un ambitieux space-opéra pulp visuellement époustouflant, qui développe un univers et un bestiaire épatants dans une aventure épique teintée d'humour (la marque Disney) aux scènes d'action enthousiasmantes, aux péripéties palpitantes et aux personnages (humains ou non) attachants malgré leur manque de relief et de profondeur. Le film reste néanmoins un très bon divertissement tous publics et rappelle positivement la saga cinématographique Star Wars qui s'inspirait elle-même de la saga littéraire d'Edgar Rice Burroughs. Les fans de science-fiction auront des étoiles plein les yeux.

    Le Blu-ray Disc : [Blu-ray 3D] John Carter

    - Format vidéo : 1080p MVC [2.40].
    - Pistes sonores : Anglais DTS-HD Master Audio 7.1; Français (VFQ) et Espagnol Dolby Digital 5.1.
    - Sous-titres : Anglais, Français et Espagnol.
    • Image : La définition est poussée mais pas agressive, les détails s'affichent par milliers avec une belle finesse (rien ne paraît brouillon), les arrières plans sont restitués avec une précision redoutable, les couleurs sont superbes (les rouges sur la planète Mars), les contrastes sont d'une richesse éclatante (la différence entre les scènes sur Terre au 19e siècle et celles se déroulant sur la planète Mars saute aux yeux), les noirs sont profonds et le transfert ne souffre d'aucun artefact de compression. Une image HD techniquement irréprochable.
    • Audio : La dynamique est redoutable, la stéréo frontale est puissante, les voies surround (4 pour la VO) sont immersives, la séparation des canaux est bien travaillée avec des effets qui semblent fuser de toutes les directions (la tempête de sable inaugurale), les basses sont appuyées et les voix sont limpides. Des pistes sonores qui assurent le spectacle.

    La 3D : [Blu-ray 3D] John Carter

    Une 3D convertie équilibrée et de qualité (Disney oblige) qui se veut réaliste à défaut d'en mettre plein la vue en poussant plus que de raison la fenêtre de profondeur ou en exagérant les effets pop out. Les scènes sur Mars profitent néanmoins d'un relief plus prononcé que celles sur Terre (plus douces) pour accentuer ingénieusement l'aspect fantastique du voyage. La profondeur reste dans tous les cas probante et impressionne même lors des panoramas sur Mars, les détachements sont parfaitement calibrés (les scènes de foule comme avec les Tharks en sont un parfait exemple) et à l'inverse des jaillissements, totalement absents, les débordements sont bien présents sans être trop poussés. Il n'est pas rare que les bustes, têtes et corps (le saut de John Carter dans l'arène) des protagonistes débordent du cadre, comme les parois rocheuses, les carlingues des vaisseaux et autres éléments naturels (la poussière). Et en dehors de quelques passages en basse lumière qui font apparaître une légère diaphonie (pas plus de 10 minutes en tout), il n'y a aucun autre défaut à signaler.

    Blu-ray Disc multi-régions Canadien.
    Éditeur : Walt Disney Studios Home Entertainment.
    Date de sortie : 06 mai 2012.

    John-Carter.jpg


  • Deep Water 3D Deep Water (Amphibious 3D) de Brian Yuzna :

    Le synopsis :

    La biologiste Skylar Shane engage Jack Bowman, capitaine de bateau, pour l’aider à trouver des échantillons de vie préhistorique au large des cotes de Sumatra. Ils ne savent pas qu’ils vont être confrontés à une créature géante et extrêmement agressive remontée des abysses…

    Le film : ♥♥♥♥

    Cette toute petite série B horrifique (le Z n'est vraiment pas loin) que l'on doit à Brian Yuzna après une longue absence de sept ans derrière une caméra, pèche par un scénario déjà vu qui multiplie les clichés, par des dialogues ridicules, par l'absence totale de tension, par l'interprétation calamiteuse des comédiens et par l'approximation des effets spéciaux. Mais à coté de cela, la mise en scène est judicieuse et parvient à masquer comme elle peut le très faible budget alloué à la production, les scènes gores sont nombreuses (même si Brian Yuzna est plus sage qu'à l'accoutumé) et la créature est plutôt réussie. Ce monster movie est donc supérieur aux films du même genre qui pullulent sur la chaîne Syfy, mais n'est rien de plus qu'une toute petite production horrifique à réserver exclusivement aux amateurs.

    Le Blu-ray Disc : [Blu-ray 3D] Deep Water

    - Format vidéo : 1080p MVC [1.85].
    - Pistes sonores : Anglais et Français (VFF) DTS-HD Master Audio 5.1.
    - Sous-titres : Français imposés sur la VO.
    • Image : De jour, les contrastes et les noirs sont riches, alors que de nuit les premiers s'affaiblissent et les seconds sont délavés. C'est bien dommage car la définition, le piqué et les couleurs sont solides de jour comme de nuit.
    • Audio : La dynamique de la frontale, la présence des surrounds, la spatialisation des effets et la clarté des dialogues sont étonnants pour une production aussi modeste.

    La 3D : [Blu-ray 3D] Deep Water

    Le début façon tournage amateur, qui semble avoir été très clairement converti à l'arrache (textures qui se chevauchent, problèmes de volumes et de distances) laisse craindre le pire, pourtant et même si plusieurs plans sont visuellement inconfortables, la faute à des arrière plans qui semblent parfois truqués et à des artefacts lumineux visibles deux-trois fois d'un œil et pas de l'autre, cette 3D en grande partie native est plaisante. La luminosité est toujours satisfaisante, l'absence quasi-totale de ghosting est appréciable, la fenêtre de profondeur oscille entre le moyen + (de nuit surtout) et le bon (les vues lointaines de la plate-forme de pêche et le final sur le ponton), la perception des volumes comme les détachements entre les personnages sont réussies et les débordements (éléments des décors et personnages) / jaillissements (bras tendus, armes/objets pointés vers le spectateur, dard et pinces du monstre géant) sont bien présents et souvent intenses (la lame du couteau qui traverse la flamme). Une mention spéciale à la toute fin du film, où le format change à la volée pour donner l'impression qu'une petite créature saute directement du bord de l'écran en passant par dessus la bande noire. L'effet est garanti et fait froid dans le dos. Cette 3D est donc hétérogène mais reste globalement immersive.

    Blu-ray Disc Région B Français.
    Éditeur : Seven7.
    Date de sortie : 02 janvier 2013.

    Deep-Water.jpg


  • Sherlock Holmes - Jeu d'ombres Sherlock Holmes : Jeu d'ombres de Guy Ritchie :

    Le synopsis :

    Discernant dans différents décès suspects et attentats aux quatre coins de la planète la marque du sinistre Moriarty, Sherlock Holmes se lance obstinément à sa poursuite...

    Le film : ♥♥♥♥


    Surpassant son aîné sans peine, ce blockbuster baroque, ultra-fun et visuellement déjanté mené tambour battant par un Guy Ritchie sous amphétamines et servi par le tandem Robert Downey Jr / Jude Law, enchaîne à un rythme survolté dialogues hilarants, situations réjouissantes et morceaux de bravoure insensés au fil d'un scénario riche et cartoonesque, qui n'est de toute façon qu'un prétexte à proposer de l'entertainment haut de gamme jouissif à souhait … et c'est vraiment réussi !

    Le Blu-ray Disc : [Blu-ray] Sherlock Holmes : Jeu d'ombres

    - Format vidéo : 1080p AVC [2.35].
    - Pistes sonores : Anglais DTS-HD Master Audio 5.1; Anglais, Français (VFF), Italien, Allemand, Castillan, Polonais et Turc Doby Digital 5.1.
    - Sous-titres : Anglais, Français, Italien, Allemand, Castillan, Néerlandais, Danois, Finlandais, Islandais, Norvégien, Portugais, Suédois, Polonais et Turc. Anglais, Italien et Allemand pour malentendants.
    • Image : Un transfert HD de toute beauté dont la définition à couper le souffle, l'époustouflant niveau de détail, la palette colorimétrique chatoyante, les contrastes splendides et la maîtrise de l'encodage ne laissent jamais planer le doute … il s'agit bien d'une démo technique.
    • Audio : Des pistes sonores sportives, dynamiques et diablement jubilatoires. La spatialisation est dantesque avec des effets qui circulent dans tous les sens sans discontinuer, les enceintes frontales et surrounds sont sur-sollicitées avec une efficacité qui frise l'indécence et la présence de la partition de Hans Zimmer est vraiment exceptionnelle. La VF non HD, quoique musclée au demeurant, est un peu moins nerveuse et nuancée que la VO.

    Blu-ray Disc Région B Français.
    Éditeur : Warner Bros.
    Date de sortie : 28 mai 2012.

    Sherlock-Holmes---Jeu-d-ombres.jpg


  • De rouille et d'os De rouille et d'os de Jacques Audiard :[Blu-ray] De rouille et d'os

    Le synopsis :

    Ali, jeune marginal sans le sou, rencontre Stéphanie, dresseuse d'orques au parc aquatique d'Antibes. Mais lorsque cette dernière va être victime d'un terrible accident qui va la priver de ses jambes, une relation singulière va se nouer entre les deux...

    Le film : ♥♥♥♥

    Servi par une étonnante maîtrise du récit, sublimé par l'intense justesse des comédiens (Marion Cotillard et Matthias Schoenaerts sont impeccables) et traversé par autant de scènes violentes que de purs moments de grâce, ce mélodrame âpre et poignant qui ne verse jamais dans le pathos et qui reste tout entier au service des personnages (privés du bonheur mais qui vont se reconstruire grâce à l'autre) fera battre le cœur de nombreux spectateurs.

    Le Blu-ray Disc : [Blu-ray] De rouille et d'os

    - Format vidéo : 1080p AVC [2.35].
    - Pistes sonores : Français DTS-HD Master Audio 5.1 et 2.0. Piste Audiodescriptive Française en Dolby Digital 2.0.
    - Sous-titres : Français pour malentendants.
    • Image : Une précision et un piqué flamboyants (surtout sur les gros plans), des couleurs naturelles aussi chaudes que froides, des contrastes appuyés et un léger grain cinématographique sont les points forts de ce transfert HD solide, seulement tempéré par la présence de halos de compression disgracieux sur deux séquences (le réveil en clinique et le rêve/cauchemar avec l'orque).
    • Audio : Nuancée et subtile, cette piste HD 5.1 (2.0 non testée) plutôt frontale mais immersive (le spectacle à Marineland, les passages en boîtes de nuit, les combats de rue et la diffusion du score) ne déçoit à aucun moment.

    Blu-ray Disc Région B Français.
    Éditeur : UGC Vidéo.
    Date de sortie : 07 novembre 2012.

    De rouille et d'os