• [Blu-ray] Hooligans 3♦ Titre original : Green Street 3 : Never Back Down"
    ♦ Nationalité : Britannique
    ♦ Genre : Action, Arts martiaux
    ♦ Année : 2013
    ♦ Durée : 89 min
    ♦ Réalisateur : James Nunn
    ♦ Acteurs : Scott Adkins, Kacey Barnfield, Joey Ansah, Jack Doolan, Josh Myers, Mark Wingett

    ► Le synopsis :

    Alors qu’il est le leader incontesté de la mouvance hooligan, Danny Harvey décide de raccrocher et de quitter Londres. Joey, à l’image de son grand frère, est devenu un vrai guerrier. Mais un combat de trop lui sera fatal. Danny revient à Londres pour retrouver le meurtrier de son frère. Mais le monde du hooliganisme a changé. Les combats se sont déplacés dans la rue et les règles ne sont plus les mêmes...

    ► Le film : [Blu-ray] Hooligans 3

    À mi-chemin entre "Rocky" et "Full Contact", "Hooligans 3" est un actionner martial au scénario certes déjà-vu et aux personnages convenus quoique attachants, mais le cinémascope est travaillé, les entraînements énergiques et les scènes d'action, portées par un Scott Adkins toujours aussi impliqué physiquement, parfaitement lisibles. Quel plaisir de retrouver l'univers des Green Street Hooligans dans cette série B très efficace après un second volet catastrophique !

    [Blu-ray] Hooligans 3

    ► Le Blu-ray Disc :

    • Qualité vidéo : [Blu-ray] Hooligans 3
    Une définition rutilante, un festival de détails et des couleurs naturelles étalonnées avec soin, mais des contrastes tourmentés (la lisibilité en prend un coup lors des scènes sombres) et une compression visible (la présence de solarisation).
    • Qualité audio : [Blu-ray] Hooligans 3
    Des pistes sonores dynamiques et amples même si timides à l'arrière. Les voix sont claires, la scène avant est large, les basses se font ressentir lors des affrontements et le score typé 80's, qui est diffusé sur toutes les enceintes, est bien mis en valeur.
    [Blu-ray] Hooligans 3
    Fiche technique

    Format vidéo
    1080i25 (AVC) / [2.35]

    Pistes sonores
    - Anglais DTS-HD Master Audio 5.1
    - Français (VFF) DTS-HD Master Audio 5.1

    Sous-titres
    Français imposés sur la VO

    Région : B (France)
    Éditeur : Seven7
    Date de sortie : 29 mai 2014

  • [Blu-ray] Ninja II : Shadow of a Tear♦ Nationalité : Américain
    ♦ Genre : Arts martiaux, Action
    ♦ Année : 2013
    ♦ Durée : 95 min
    ♦ Réalisateur : Isaac Florentine
    ♦ Acteurs : Scott Adkins, Kane Kosugi, Mika Hijii, Shun Sugata

    ► Le synopsis :

    Ne faire confiance à personne : c’est le code de survie de Casey Bowman après la perte tragique et sauvage de sa femme portant son enfant. Un seul indice : une série de victimes avec les mêmes marques de strangulation au fil barbelé très reconnaissable. Sa cible : un sinistre baron de la drogue appelé Goro, qui inonde les rue de méthamphétamine mortelle fabriquée dans la jungle birmane...

    ► Le film : [Blu-ray] Ninja II : Shadow of a Tear[Blu-ray] Ninja II : Shadow of a Tear

    Cette série B d'action à l'ancienne (les films de genre des années 80-90) que l'on doit à la team de choc Florentine-Adkins, est un film d'arts martiaux au scénario linéaire et aux personnages stéréotypés mais finalement peu importe, car les très nombreux affrontements sont parfaitement chorégraphiés et mis en scène par un Isaac Florentine qui sait comment mettre en valeur les qualités athlétiques de Scott Adkins. Les amateurs du genre passeront un très bon moment !

    [Blu-ray] Ninja II : Shadow of a Tear

    ► Le Blu-ray Disc :

    • Qualité vidéo : [Blu-ray] Ninja II : Shadow of a Tear
    Un quasi sans-faute (un peu de solarisation lors de l'avant-dernière scène d'action se déroulant de nuit) du côté de ce transfert HD dont les images captées avec des caméras Red (One et Epic) sont remarquablement reproduites. La définition est exemplaire, la finesse des détails est épatante, la profondeur de champ est excellente, les couleurs sont riches, les contrastes sont tranchants et les noirs prégnants.
    • Qualité audio : [Blu-ray] Ninja II : Shadow of a Tear
    Ces pistes sonores efficaces et rentre-dedans ne sont pas d'une grande finesse mais la clarté des voix (un peu trop mises en avant sur la VF), la dynamique frontale, la générosité des effets, l'opulence de la scène arrière et la puissance des basses envoient les watts !
    [Blu-ray] Ninja II : Shadow of a Tear
    Fiche technique

    Format vidéo
    1080p24 (AVC) / [1.85]

    Pistes sonores
    - Anglais DTS-HD Master Audio 5.1
    - Français (VFF) DTS-HD Master Audio 5.1

    Sous-titres
    Français

    Région : B (France)
    Éditeur : Metropolitan Vidéo
    Date de sortie : 19 février 2014

  • [Télé] De toutes nos forces♦ Nationalité : Français, Belge
    ♦ Genre : Comédie dramatique
    ♦ Année : 2013
    ♦ Durée : 89 min
    ♦ Réalisateur : Nils Tavernier
    ♦ Acteurs : Jacques Gamblin, Alexandra Lamy, Fabien Héraud, Frédéric Épaud, Sophie de Fürst
    ♦ Chaîne : Canal+

    ► Le synopsis :

    Comme tous les adolescents, Julien rêve d'aventures et de sensations fortes. Mais lorsqu'on vit dans un fauteuil roulant, ces rêves-là sont difficilement réalisables. Pour y parvenir, il met au défi son père de concourir avec lui au triathlon « Ironman » de Nice : une des épreuves sportives les plus difficiles qui soit. Autour d'eux, c'est toute une famille qui va se reconstruire pour tenter d'aller au bout de cet incroyable exploit...

    ► Le film : [Télé] De toutes nos forces[Télé] De toutes nos forces

    Ce film dramatique humain à fleur de peau, à l'émotion constante et résolument optimiste est un plaidoyer pour l'amour, le courage et le dépassement de soi. Il porte un regard sur le handicap loin des clichés, est parsemé de magnifiques paysages (la montagne d'abord, la mer ensuite) et est magistralement interprété par le jeune Fabien Héraud qui illumine le film de son sourire et donne une force incroyable à son personnage, par le bluffant Jacques Gamblin (sa performance physique notamment) et par la superbe Alexandra Lamy dans le rôle de la maman gâteau. Le scénario aurait pourtant gagné à être amplifié car les scènes de sport, visuellement impressionnantes lors de l'Ironman, prennent beaucoup de place au détriment de la relation père-fils. Une belle leçon de vie !

    [Télé] De toutes nos forces


  • Festival de Gérardmer 2015

    La 22ème édition du Festival International du Film Fantastique de Gérardmer s'est déroulée du mercredi 28 janvier au dimanche 1er février 2015 sous d'intenses épisodes neigeux, mais l'équipe rédactionnelle s'est tout de même rendue sur place pour profiter de l'évènement. Et nous avons eu raison de braver les éléments déchainés de mère nature car la (très bonne) sélection de cette année valait assurément le déplacement. Voici d'ailleurs nos impressions sur les dix longs-métrages que nous avons eu la chance de visionner :

    ☠ The Voices (États-Unis, Allemagne & France) de Marjane Satrapi : Festival de Gérardmer 2015Festival de Gérardmer 2015
    Visionné le vendredi 30 janvier à 22h30 au cinéma du Casino. Compétition

    Festival de Gérardmer 2015

    Le synopsis : À son travail, Jerry est amoureux de la comptable. Il fait ses confidences à ses animaux de compagnie dotés de la parole : son chat qui le pousse à commettre des meurtres, et son chien plutôt affable...
    • Notre avis : Déjantée et trash, "The Voices" est une comédie horrifique proche de l'absurde à la mise en scène pop (les couleurs chatoyantes), au pitch ravageur, aux répliques jubilatoires (les discours ultra-cyniques de M. Moustache et les leçons de morale de Bosco le chien), aux scènes oniriques enjouées (le monde vu par son héros), aux passages morbides dérangeants (la réalité sans filtre hallucinogène) et à la prestation complètement azimutée de Ryan Reynolds, qui n'oublie pas de glisser une métaphore plutôt subtile sur les conditions de vie des marginaux. Une surprise épatante !

    ☠ Exists (États-Unis) de Eduardo Sánchez  : Festival de Gérardmer 2015
    Visionné le samedi 31 janvier à 09h30 à la MCL. Hors compétition

    Festival de Gérardmer 2015

    Le synopsis : Cinq amis partent pour une virée dans une réserve naturelle du Texas. Le soir, ils rejoignent la cabane abandonnée de l’oncle de l’un d‘entre eux. Quelque chose semble avoir fait fuir les derniers habitants du coin. Rattrapés par la nuit et coupés du monde, ils se retrouvent confrontés à un mal mystérieux qui hante la forêt...
    • Notre avis : Le coréalisateur du film culte "Le Projet Blair Witch" fait son grand retour dans le genre avec ce found-footage forestier qui met en vedette horrifique le sasquatch. La technique des vraies-fausses images obtenues en caméra subjective est maîtrisée, la tension est omniprésente et la peur, qui est judicieusement suggérée durant les 3/4 de la bobine, vient finalement à nous lors d'une dernière ligne droite crispante. Cette incursion dans les profondeurs d'une forêt habitée par le mythique Bigfoot risque de vous détourner des randonnées dans les bois.

    ☠ Cub (Welp) (Belgique) de Jonas Govaerts : Festival de Gérardmer 2015
    Visionné le samedi 31 janvier à 11h30 au Paradiso. Compétition

    Festival de Gérardmer 2015

    Le synopsis : Comme chaque été, le jeune Sam, âgé de douze ans et débordant d’imagination, part en camp de scouts dans la forêt. Il se rend vite compte que quelque chose ne tourne pas rond quand il y découvre une mystérieuse cabane visiblement habitée par Kai, un enfant sauvage. Sam croit bon d’en avertir ses guides, mais ceux-ci ne le prennent pas au sérieux, interprétant son récit comme l’une de ses habituelles élucubrations. Et pourtant… Le jeune garçon de la cabane s’avère en plus aider un dangereux psychopathe, lequel va redoubler d’ingéniosité pour décimer les louveteaux de la troupe. Un par un...
    • Notre avis : Sous l’œil d'une caméra habile (l'usage magnifique du scope), une bande de scouts flamands va devoir faire face à un croquemitaine dans ce slasher forestier d’abord ludique puis inquiétant. La photographie est léchée, les jeunes comédiens sont excellents, le final est graphique à souhait, les clins d’œil horrifiques sont plaisants (le lieu de l'action se trouve non loin de Castelroque qui est une référence évidente à la ville imaginaire Castle Rock créée par Stephen King) et la métaphore sur les traumatismes de l'enfance est judicieuse. Bien plus sombre et radicale qu'attendue, cette fiction est une belle découverte.

    ☠ Out of the Dark (États-Unis, Colombie & Espagne) de Lluis Quilez : Festival de Gérardmer 2015
    Visionné le samedi 31 janvier à 14h30 à la MCL. Hors compétition

    Festival de Gérardmer 2015

    Le synopsis : Un jeune couple américain, Paul et Sarah Harriman, emménage en Colombie avec leur petite fille, Hannah, afin de reprendre l’entreprise familiale dirigée par le père de Sarah. Mais très vite, d’étranges phénomènes vont se produire dans leur nouvelle maison...
    • Notre avis : Cette ghost story écologique au folklore local dépaysant, tournée en Colombie par un réalisateur espagnol avec un casting international, est plutôt quelconque et trop calibrée pour le grand public mais les enfants maudits qui hantent les lieux font froid dans le dos, les rebondissements tiennent en haleine et le climax assure le spectacle.

    ☠ Ouija (États-Unis) de Stiles White : Festival de Gérardmer 2015
    Visionné le samedi 31 janvier à 18h00 au Paradiso. Hors compétition

    Festival de Gérardmer 2015

    Le synopsis : Après avoir réveillé les forces obscures d’une antique planche de jeu de spiritisme, un groupe d’amis se voient confrontés à leurs peurs les plus terribles...
    • Notre avis : Produit par Michael Bay et Jason Blum (le producteur de "Paranormal Activity") pour le compte de la société Hasbro Films, "Ouija" est un teen-movie d'épouvante au scénario classique, aux personnages clichés (les teenagers crédules) et aux jump-scares trop faciles, mais le savoir-faire hollywoodien fonctionne à plein régime lorsqu'il est question de faire sursauter ou d'en mettre plein les yeux côté effets spéciaux. Simple mais efficace !

    ☠ These Final Hours (Australie) de Zach Hilditch : Festival de Gérardmer 2015Festival de Gérardmer 2015 
    Visionné le samedi 31 janvier à 22h00 au Paradiso. Compétition

    Festival de Gérardmer 2015

    Le synopsis : Douze heures avant que la vie sur Terre ne soit accidentellement et définitivement éradiquée, James traverse une ville où le crime règne en maître pour se rendre à la Fête Ultime, celle de la fin du monde. En chemin, il sauve presque à contrecœur la vie d’une fillette prénommée Rose, qui recherche désespérément son père. Désormais investi d’une nouvelle responsabilité, James est alors contraint de revoir les priorités qui sont les siennes tandis qu’approche l’échéance fatale...
    • Notre avis : Rude et déchirant, "These Final Hours" est un excellent drame post-apocalyptique à la mise en scène soignée (un sens inné du cadre Scope), à la photographie lumineuse, au montage énergique, au scénario solide, aux acteurs justes (Nathan Philips incarne parfaitement cette brute de héros qui gagne en humanité lorsque le monde l'entourant la perd violemment), aux références "madmaxiennes" bien senties, à la partition dévastatrice signée Cornel Wilczek et au final chargé d'émotion. Une œuvre apocalyptique singulière !

    ☠ It Follows (États-Unis) de David Robert Mitchell : Festival de Gérardmer 2015
    Visionné le dimanche 1er février à 09h00 au Paradiso. Compétition

    Festival de Gérardmer 2015

    Le synopsis : Après une expérience sexuelle apparemment anodine, Jay se retrouve confrontée à d’étranges visions et à l’inextricable impression que quelqu’un, ou quelque chose, la suit. Face à cette malédiction, Jay et ses amis doivent trouver une échappatoire aux horreurs qui ne semblent jamais loin derrière...
    • Notre avis : Cette œuvre d'épouvante viscérale à l'ambiance melancolico-poétique marquante, qui s'intéresse au passage à l'âge adulte avec ses doutes et porte l'ADN du style "carpenterien" (cf "Halloween"), fait monter la pression en continu et offre de beaux moments de frissons lorsque son entité maléfique, métaphore des MST et plus particulièrement du Sida, se met à poursuivre lentement mais inexorablement ses victimes. Ajoutez à cela une mise en scène au naturalisme contemplatif que ne renierait pas Terrence Malick (les somptueux plans de la banlieue pavillonnaire américaine typique) ainsi qu'un score électro aussi planant qu'entêtant et vous obtenez une perle du cinéma fantastique.

    ☠ Zombeavers (États-Unis) de Jordan Rubin : Festival de Gérardmer 2015
    Visionné le dimanche 1er février à 11h00 au Paradiso. La nuit décalée - Bon appétit !

    Festival de Gérardmer 2015

    Le synopsis : Un groupe d’adolescents, partis pour un week-end de débauche au bord d’une rivière, se retrouve confronté à une horde de castors-zombies affamés. Pour réussir à rester en vie, les jeunes vont devoir affronter ces animaux d’une nouvelle espèce...
    • Notre avis : Cette comédie d'horreur old school (à la façon des productions Troma) aux effets spéciaux cheaps (les peluches castors en animatronics sont marrantes), aux protagonistes timbrés, au scénario qui joue avec les poncifs inhérents au genre, aux dialogues joyeusement grossiers et à l'humour noir méchant, est une série Z déjantée qui a les dents longues. Un nanar parfaitement assumé (en est-ce un du coup ?) qui ravira les adeptes de pellicules "autres".

    ☠ Les Nouveaux Héros (Big Hero 6) (États-Unis) de Don Hall et Chris Williams : Festival de Gérardmer 2015Festival de Gérardmer 2015
    Visionné le dimanche 1er février à 14h00 à l'espace LAC. Hors compétition

    Festival de Gérardmer 2015

    Le synopsis : Un petit génie de la robotique nommé Hiro Hamada découvre qu’un complot criminel menace de détruire la ville de San Fransokyo. Avec l’aide de son plus proche ami, Baymax le robot infirmier, et de ses compagnons qu’il va transformer en une bande de superhéros high-tech, Hiro va tout faire pour sauver la ville et sa population de l’infâme Yokai...
    • Notre avis : À la croisée des univers de Disney, de Marvel et de l'animation japonaise, "Les Nouveaux Héros" est une aventure à la fois passionnante, rythmée, émouvante et enjouée. Pleine d'action et de bons sentiments, elle  est peuplée de personnages attachants (le robot infirmier Baymax), profite d'une intrigue sans temps mort, est visuellement bluffante (la modélisation de la mégalopole futuriste de San Fransokyo ou encore l'animation de haut vol) mais souffre d'un trop-plein de références (les scènes de voltige sont copiées sur "Dragons" et le moyen de locomotion du méchant évoque celui de Lord Business dans "La Grande Aventure Lego"). Il n’empêche que ce 54ᵉ « Classique d'animation » des studios Disney est une franche réussite qui réjouira les hommes, qu'ils soient jeunes garçons ou pères de famille.

    ☠ Honeymoon (États-Unis) de Leigh Janiak  : Festival de Gérardmer 2015
    Visionné le dimanche 1er février à 16h30 à la MCL. Compétition

    Festival de Gérardmer 2015

    Le synopsis : Juste après leur mariage, Paul et Béa arrivent sur les bords d’un lac isolé pour y passer leur lune de miel. Peu de temps après, Paul surprend Béa déambulant au beau milieu de la nuit et en pleine forêt, seule et totalement désorientée. Le comportement distant et de plus en plus étrange de sa jeune épouse incite Paul à penser que ce qui semble lui être arrivé au fond des bois ne relève pas seulement du simple somnambulisme...
    • Notre avis : Cette lune de miel qui vire au cauchemar, portée par le jeu nuancé de la comédienne Rose Leslie (Ygrit dans la série "Game of Thrones"), est une production science-fictionnelle indépendante qui brille par un scénario mystérieux, une ambiance malaisante et des scènes ragoutantes sur la fin. Était-ce une bonne idée de passer sa lune de miel sur les bords d'un lac isolé au fond des bois ? Je ne crois pas non !

    Festival de Gérardmer 2015

    Et voici finalement le palmarès dévoilé par Christophe Gans, le président du jury (composé d'Alexandre Aja, Marie Krémer, Grégory Levasseur, Franck Khalfoun, Alysson Paradis, Rob et Christa Théret) de cette 22ème édition :

    Grand Prix : It Follows de David Robert Mitchell (États-Unis)
    Prix du Jury : The Voices de Marjane Satrapi (États-Unis, Allemagne & France) et Ex Machina de Alex Garland (États-Unis & Royaume-Unis)
    Prix du Public : The Voices de Marjane Satrapi (États-Unis, Allemagne & France)
    Prix de la critique : It Follows de David Robert Mitchell (États-Unis)
    Prix du Jury jeune : Goodnight Mommy de Veronika Franz et Severin Fiala (Autriche)
    Meilleure musique originale : These Final Hours de Zach Hilditch (Australie) 
    Prix du Jury Syfy : Goodnight Mommy de Veronika Franz et Severin Fiala (Autriche)
    Grand Prix du court métrage : Habana de Edouard Salier (France)

    En bonus, retrouvez ci-dessous les critiques de deux autres films qui étaient projetés lors de cette 22ème édition et que nous avions déjà eu l'occasion de visionner par le passé :

    The Mirror (Oculus) (États-Unis) de Mike Flanagan : Festival de Gérardmer 2015 
    Blu-ray Disc canadien testé le 05 octobre 2014. Film de clôture

    Festival de Gérardmer 2015

    Le syopsis : Après avoir passé dix ans en institut psychiatrique, Tim Russell, la petite vingtaine, retrouve la liberté. Alors qu’il souhaite tirer un trait sur la mort violente de ses parents – le traumatisme à la source de son internement –, sa sœur Kaylie lui rappelle qu’ils s’étaient autrefois promis d’enquêter sur les causes mystérieuses de ce drame. Elle achète alors le miroir qui, selon elle, aurait précipité leurs parents dans une démence des plus diaboliques...
    • Notre avis : Ce thriller d'épouvante horrifique, qui s'attaque au sous-genre du film de miroir possédé, évite soigneusement la surabondance de jump scares, prend le temps de poser son intrigue hypnotique par un adroit « jeu de miroir » et d'installer son atmosphère angoissante, forme une structure narrative originale qui dévoile au compte-goutte toute l'abomination de la situation grâce à un montage habile mêlant le passé et le présent, et recèle de nombreuses séquences traumatisantes (l'ampoule) dont la terrible scène finale devrait heurter psychologiquement un grand nombre de spectateurs. Machiavélique, déroutante et anxiogène, "Oculus" est une belle réussite dans le genre.

    The Signal (États-Unis) de William Eubank : Festival de Gérardmer 2015
    Blu-ray Disc américain testé le 21 novembre 2014. Compétition

    Festival de Gérardmer 2015

    Le synopsis : Nic et Jonah sont deux étudiants de première année du MIT, l’un comme l’autre passionnés de piratage. Lors de leur traversée du sud-ouest des États-Unis en compagnie d’Haley, la petite-amie de Nic, un génie de l’informatique réussit à les attirer dans une zone étrangement isolée… [Brutal fondu au noir.] Lorsque Nic reprend connaissance, il doit s’engager, seul et déboussolé, dans une lutte contre des forces qui semblent désormais le dépasser...
    • Notre avis : Portée par le jeu affirmé du jeune Brenton Thwaites et dotée d'un suspense intriguant, d'une ambiance étrange et d'une musique hypnotisante, cette œuvre de science-fiction indépendante, visuellement splendide et narrativement faussement minimaliste, est un thriller extrêmement rigoureux qui use d'un script passionnant en forme d'énigme sophistiquée pour renforcer la puissance à la fois graphique et émotionnelle d'une révélation finale déroutante. Une découverte épatante !