• ♦ Nationalité : Américain
    ♦ Genre : Thriller, Polar, Horreur
    ♦ Année : 2013
    ♦ Durée : 93 min
    ♦ Réalisateur : Olatunde Osunsanmi
    ♦ Acteurs : Radha Mitchell, Stephen Moyer, Caitlin Stasey, Torrey DeVitto, Dale Dickey
    Note
    artistique
    [Blu-ray] Evidence Qualité
    vidéo
    [Blu-ray] Evidence Qualité
    audio
    [Blu-ray] Evidence


    ► Le synopsis :[Blu-ray] Evidence


    Les inspecteurs Burquez et Reese enquêtent sur le mystérieux massacre de 5 personnes à une station essence au beau milieu du désert. Les seuls indices qu’ils ont sont des enregistrements vidéo récupérés sur les caméras et téléphones des victimes elles-mêmes. Au fil de l’enquête, il devient de plus en plus évident que le tueur nargue les enquêteurs et que le seul moyen de l’empêcher de tuer à nouveau est de résoudre son puzzle mortel...

    ► Le film :

    À la fois thriller moderne à la mise en scène virevoltante et slasher sanglant en mode « found footage » (le rendu des différentes sources vidéos, comme une caméra numérique HD et des téléphones portables, est plutôt crédible), "Evidence" s'évertue à prouver que les images sont trompeuses à travers une intrigue maligne et riche en rebondissements, où le spectateur va chercher à identifier le tueur (au look de soudeur assez marquant) en même temps que les policiers chargés de l'affaire avant d'être berné lors d'une révélation finale diaboliquement inattendue. Efficace !

    [Blu-ray] Evidence


    ► Le Blu-ray Disc :[Blu-ray] Evidence

    Vidéo Audio Sous-titres
    1920x1080 / 24p - Encodage AVC - Format 2.40
    DTS-HD Master Audio 5.1 : Anglais, Français (VFF)
    Français


    • Image : Les images de l'enquête sont léchées avec des détails précis, des couleurs bleues/grises désaturées à souhait, des contrastes probants et des noirs profonds, alors que les vidéos retrouvées (qui ont la bougeotte) sont bourrées de drops et autres sautes avec une définition bien évidemment moindre et des contrastes plus faibles malgré une très bonne gestion des scènes obscures. De toute façon, il est difficile de reprocher quoi que ce soit à ce transfert HD qui ne fait que retranscrire, sans jamais trébucher, l'expérience visuelle recherchée par le metteur en scène et son chef opérateur.
    • Son : Très habilement mixées et dynamiques, ces deux pistes sonores d'une belle ferveur mêlent les deux types de narrations avec une adresse certaine. La partie enquête est plus douce du côté de la dynamique et plus ample du côté de la spatialisation, alors que les séquences en found footage sont bien plus directes du côté de la prise de son (soi-disant live avec des perditions sonores) et agressives du côté de la distribution des effets (souvent horrifiques). Dans les deux cas, les basses sont massives juste comme il faut.

    Région Éditeur Date de sortie
    B (France) Metropolitan Vidéo
    11 avril 2014

  • ♦ Nationalité : Britannique, Marocain
    ♦ Genre : Guerre, Drame
    ♦ Année : 2013
    ♦ Durée : 83 min
    ♦ Réalisateur : Tom Petch
    ♦ Acteurs : Ben Righton, Owain Arthur, Nicholas Beveney, Daniel Fraser, Alex McNally
    Note
    artistique
    [Blu-ray] The Patrol Qualité
    vidéo
    [Blu-ray] The Patrol Qualité
    audio
    [Blu-ray] The Patrol


    ► Le synopsis :[Blu-ray] The Patrol


    En 2006, les troupes britanniques sont envoyées en première ligne dans l’enfer afghan. Alors qu’une patrouille inexpérimentée sécurise une zone civile depuis plusieurs jours, elle est prise pour cible par les Talibans. À cours de munitions et de vivres, les soldats doivent repousser sans cesse les assauts adverses, alors que le véritable ennemi pourrait venir de l’intérieur...

    ► Le film :

    Produit, écrit et réalisé par un ancien militaire, "The Patrol" est un drame de guerre de facture classique mais à la mise en scène soignée qui ne valorise jamais le courage des soldats et évoque frontalement l'inutilité de la guerre à travers une critique pertinente de celle-ci. Le film se focalise ainsi sur l'attente, la frustration et la tension entre les personnages (surtout lorsqu'ils remettent en cause les ordres donnés) plutôt que sur les scènes d'action, aux nombres de deux et peu palpitantes. Rarement spectaculaire mais digne d'intérêt !

    [Blu-ray] The Patrol


    ► Le Blu-ray Disc :[Blu-ray] The Patrol[Blu-ray] The Patrol

    Vidéo Audio Sous-titres
    1920x1080 / 24p - Encodage AVC
    Format 1.85
    DTS-HD Master Audio 5.1 : Anglais, Français (VFF)
    Audio-3D : Français (VFF)
    Français imposés sur la VO
    Français pour malentendants


    • Image : Passé une scène nocturne imprécise et souffrant de colour banding dans le ciel, ce transfert HD globalement très lumineux délivre une définition solide, beaucoup de relief dans les détails, une profondeur de champ poussée, des couleurs sableuses tout sauf ternes et des contrastes athlétiques.
    • Son : Le mixage n'est pas forcément riche en effets pyrotechniques mais retranscrit parfaitement la longue attente vécue par ces hommes de troupe dans le désert afghan. Les voix sont donc bien ancrées sur la centrale, les ambiances naturelles (le vent) sont immersives, les passages d'hélicoptères et/ou d'avions ainsi que les quelques mitraillages sont parfaitement spatialisés, l'activation de la scène arrière est du meilleur effet, le score lyrico-guerrier s'accapare l'espace avec aisance et le caisson de basses pétarade quand il le faut.

    Région Éditeur Date de sortie
    B (France) TF1 Vidéo 19 août 2015

  • ♦ Titre original : "Transformers : Age of Extinction"
    ♦ Nationalité : Américain, Chinois
    ♦ Genre : Science-fiction, Action
    ♦ Année : 2014
    ♦ Durée : 164 min
    ♦ Réalisateur : Michael Bay
    ♦ Acteurs : Mark Wahlberg, Stanley Tucci, Kelsey Grammer, Nicola Peltz, Jack Reynor
    [Blu-ray 3D] Transformers : Age of Extinction
    Note
    artistique
    [Blu-ray 3D] Transformers : l'âge de l'extinction Qualité relief
    (3D native)
    [Blu-ray 3D] Transformers : Age of Extinction
    Qualité
    vidéo
    [Blu-ray 3D] Transformers : Age of Extinction Qualité
    audio
    [Blu-ray 3D] Transformers : Age of Extinction


    ► Le synopsis :[Blu-ray 3D] Transformers : l'âge de l'extinction


    Quatre ans après les événements mouvementés de Chicago, un groupe de puissants scientifiques cherche à repousser les limites de la technologie via des Transformers. Au même moment, un père de famille texan, Cade Yeager, découvre un vieux camion qui n’est autre qu’Optimus Prime. Cette découverte va lui attirer les foudres d’un certain Savoy, dont le but est d’éliminer définitivement les Transformers...

    ► Le film :

    Quatrième opus de la saga "Transformers" adapté pour le (très) grand écran par le maitre artificier Michael Bay et le puissant producteur Steven Spielberg, "L’âge de l'extinction" est un blockbuster d'action et de science-fiction dopé aux amphétamines absolument titanesque, dont l'étourdissant délire visuel de la mise en scène, le nouveau casting bien plus charismatique, l'introduction des impressionnants Dinobots, l'avalanche de scènes d'action XXL faites de bruit et de fureur où les effets spéciaux renversants et les cascades foldingues sont ultra-jubilatoires (le morceau de bravoure final est encore une fois homérique), l'absence d'humour régressif (enfin !) et le score lyrico-guerrier que l'on doit à la rencontre entre Steve Jablonsky et Imagine Dragons, délivrent rien de moins qu'une ahurissante tornade cinématographique encore plus longue, spectaculaire et trépidante que ses ainés, qui s'impose à son tour comme le divertissement d'action ultime. Attachez vos ceintures ça va méchamment secouer !

    [Blu-ray 3D] Transformers : l'âge de l'extinction


    ► Le Blu-ray Disc :[Blu-ray 3D] Transformers : l'âge de l'extinction[Blu-ray 3D] Transformers : l'âge de l'extinction

    Vidéo Audio Sous-titres
    1920x1080 / 24p - Encodage MVC
    Formats 1.89, 2.00, 2.40
    Dolby Atmos : Anglais
    Dolby Digital TrueHD 7.1 : Anglais
    Dolby Digital 5.1 : Anglais, Français (VFQ)
    Dolby Digital 2.0 : Anglais
    Audiodescription : Anglais
    Anglais, Français
    Anglais pour malentendants


    • Image : Un transfert HD de référence à la vitalité exceptionnelle et à la netteté surprenante, dont les séquences Imax proposées au format 1.89 représentent 60% du film et où les 40% restantes sont réparties à environ 35% de 2.40 et 5% de 2.00. Ce changement de taille à la volée ne choque pour le moins du monde malgré des transitions abruptes et profite même au spectacle dantesque qui s'offre à nos yeux. Dans les faits la définition est délirante, le piqué délivre une précision redoutable, il y a des détails à foison de partout, la palette colorimétrique est pointue et affiche de fantastiques teintes chaudes hyper-saturées, les contrastes impressionnent durablement, les noirs aussi profonds que précis sont d'une solidité à toute épreuve, et le tout bénéficie d'un léger grain argentique opportun. Une expérience visuelle tout simplement énorme !
    • Son : Il est important de préciser en préambule qu'il s'agit du premier Blu-ray Disc du marché à proposer une piste sonore Dolby Atmos, allouée à la VO, et qu'elle est automatiquement downgradée en Dolby TrueHD 7.1 par les équipements non compatibles (heureusement d’ailleurs). À l'écoute le résultat casse la baraque que ce soit en VO (versions 5.1 et 2.0 non testées) ou en VF alors que cette dernière n'est livrée qu'en Dolby Digital 5.1. Le mixage est équilibré et nuancé, la dynamique saccage tout sur son passage, la reproduction des voix est forte, la spatialisation est d'une incroyable précision, la scène frontale est en effervescence permanente, l'utilisation des surrounds est excitante, les effets font sensation qu'ils soient subtiles ou chaotiques, les ambiances sont d'un naturel désarmant, la musique est parfaitement espacée et les basses sont démentielles. Une expérience sonore épique !
    • 3D : Un spectacle en relief ébouriffant, immersif et impensable jusqu'alors, qui est à la (dé)mesure de la mise en scène virevoltante de Michael Bay. La profondeur de champ est transcendante et exploite au maximum le potentiel de la plongée pour donner le vertige et de la contre-plongée pour apprécier le gigantisme de la situation, il n'y a enfin plus aucun flou sur les arrière-plans, les détachements sont matérialisés à la perfection et permettent une estimation sensationnelle des volumes et de l'espace tridimensionnel, les débordements sont réguliers (le mot est faible) et totalement intégrés à la narration (personnages humains ou non, décors, végétation, vaisseaux), et du côté des jaillissements c'est un festival en tout genre avec des effets météorologiques au rendu ultra-réaliste (la pluie, la fumée), des projections violentes lors des combats (métaux, débris, rochers, lasers, roquettes) et de longues éruptions avants (comme la scène où des feuilles d'acier tourbillonnent dans toutes les directions, et celle où un Autobots se met à voler au ralenti au milieu du salon) et arrières (les vaisseaux extraterrestres qui s'approchent de la Terre lors de l'ouverture et qui traversent donc la pièce de l'arrière vers l'avant) qui feront date. Une expérience stéréoscopique de référence !

    Région Éditeur Date de sortie
    A, B, C (Canada) Paramount Pictures 30 septembre 2014

  • ♦ Nationalité : Canadien
    ♦ Genre : Drame
    ♦ Année : 2014
    ♦ Durée : 139 min
    ♦ Réalisateur : Xavier Dolan
    ♦ Acteurs : Anne Dorval, Antoine-Olivier Pilon, Suzanne Clément
    ♦ Chaîne : Canal+
    Note
    artistique
    [Télé] Mommy


    ► Le synopsis :[Télé] Mommy


    Une veuve mono-parentale hérite de la garde de son fils, un adolescent TDAH impulsif et violent. Au cœur de leurs emportements et difficultés, ils tentent de joindre les deux bouts, notamment grâce à l’aide inattendue de l’énigmatique voisine d’en face, Kyla. Tous les trois, ils retrouvent une forme d’équilibre et d’espoir...

    ► Le film :

    Ce bouleversant mélodrame où la gaieté se dispute à la tristesse présente une histoire de colère et d'amour plutôt dure entre une mère célibataire, son fils ingérable et une voisine énigmatique. La mise en scène est inventive (l'utilisation du format étouffant 1:1 qui s'ouvre sur un libérateur 1:85 pour mieux percevoir les émotions ressenties par les protagonistes centraux est une idée de génie), les trois interprètes sont en état de grâce, les personnages sont profondément touchants, le scénario joue au yo-yo émotionnel en nous faisant passer du rire aux larmes à travers des scènes mémorables (le ballet avec un chariot sur le parking d'un supermarché, la danse sur le « On ne change pas » de Céline Dion, le repas au karaoké, le rêve de la vie future, l'arrivée à l’hôpital) et la bande-son nostalgique remet au goût du jour les grands tubes passés. Une expérience cinématographique inoubliable !

    [Télé] Mommy