• Le Maître des Sorciers Le Maître des Sorciers ("Krabat") de Marco Kreuzpaintner:

    En des temps très reculés, Krabat, un jeune orphelin, est recueilli au sein d'une étrange confrérie par un vieux maître. Cherchant à percer les mystères du lieu, il surprend ses compagnons en pleine séance de sorcellerie. Le jeune homme est alors initié à son tour à l'art des sortilèges. Mais il réalise aussi qu'il a scellé un pacte irréversible...

    Adapté du roman "Krabat" d'Otfried Preussler
    , ce film de Dark Fantasy est un conte sombre et cruel prenant place dans un cadre moyenâgeux qui affiche des qualités visuelles certaines (décors, paysages et costumes de toute beauté) et des effets spéciaux discrets et réussis. L'ambiance étrange du moulin est intrigante et mystérieuse, les personnages sont interprétés par des acteurs qui ont de la gueule et la bande originale orchestrale met dans l'atmosphère, mais le récit est trop linéaire et souffre de nombreuses ellipses. Une découverte intéressante.

    *****
    Disponible en DVD Zone 2 et Blu-ray Disc Zone B.


    Pistes sonores: Allemand et Français (VFF) DTS-HD Master Audio 5.1.

    Critique support
    :

    Pas besoin de sorcellerie pour recommander la vision de cette étonnante production de Dark Fantasy teutonne en Blu-ray Disc.
    -Proposé en 1.77 et non en 2.35 comme indiqué sur la jaquette, ce transfert HD souffre d'un fourmillement prononcé et d'une certaine douceur sur les plans sombres, le reste du temps les contrastes sont bien gérés, les plans sont détaillés et la profondeur de champ concluante.

    -Des pistes sonores dynamiques et immersives grâce à des effets précis, omniprésents et puissants sur l
    'ensemble des canaux.


  • Le Parfum - Histoire d'un meurtrier de Tom Tykwer:

    A Paris, au XVIIIe siècle, un jeune garçon doté d'un "nez" hors du commun cherche à créer le parfum ultime grâce aux odeurs de jeunes vierges qu'il assassine...

    Adaptation du best-seller éponyme de l'écrivain Patrick Süsking paru en 1985, "Le Parfum" est un  thriller d'époque sombre et envoûtant qui met en scène Jean-Baptiste Grenouille, un sérial killers qui s'en prend aux jeunes filles, admirablement interprété par le jeune Ben Whishaw et son regard d'une intensité rare. Le réalisateur parvient en plus à transformer en visuel ce qui est olfactif grâce à une majestueuse photographie et à une reconstitution flamboyante (décors, costumes). Une oeuvre fascinante et remarquable à ressentir.

    *****
    Disponible en DVD Zone 2 et Blu-ray Disc Zone B.

    Pistes sonores: Français (VFF) et Anglais DTS-HD Master Audio 5.1.

    Critique support
    :

    Un Blu-ray Disc magistral.
    -Les détails sont d'une rare précision, la gestion des contrastes offrent des noirs solides, la palette colorimétrique est joliment nuancée et la fluidité est exemplaire.

    -Des pistes sonores aux mixages prodigieux où le moindre petit effet est d'une richesse hallucinante.

  • Der rote Baron ("Le Baron Rouge") de Nikolai Müllerschön:

    La vie du célèbre pilote Manfred von Richthofen au sein de l'armée de l'air allemande pendant la Première Guerre Mondiale...

    Impressionnante production allemande d'une reconstitution rigoureuse, "Der rote Baron" est un belle fresque historique au superbe casting international où la dimension spectaculaire des combats aériens ne prend jamais le dessus sur un scénario pertinent qui propose de découvrir comment la propagande a utilisé l'image médiatique du jeune Manfred von Richtofen à son insu. La mise en scène est néanmoins un peu trop académique et l'ascension du "diable rouge" n'est pas assez développée. Un film historique spectaculaire, prenant et intelligent.

    *****
    Disponible en DVD Zone 2 et Blu-ray Disc Zone B allemand.

    Piste sonore: DEUTSCH DTS-HD Master Audio 5.1.

    Critique support:
    Un Blu-ray Disc intouchable.
    -Couleurs vives, contrastes profonds, définition aiguisée, compression invisible et fluidité exemplaire pour des images toujours splendides et des SFX superbement intégrés.
    -Une piste sonore explosive et très enveloppante pour une immersion totale.

  • "Dracula 3000" de Darrell Roodt:

    Synopsis
    :   Le capitaine Van Helsing (Casper Van Dien) et son équipage, part sur une vieille station spatiale russe abandonnée pour voir s'il ne peut pas en retirer un bon prix.Mais quelque chose vit encore dans cette base qui arrive du secteur Carpathian du Système Transylvania.Seulement pas de bol, leur vaisseau se barre tout seul...suspense, que va t'il se passer???

    Critique
    :   Le métrage commence par un superbe générique gothico/science fiction qui allie images de sangs et textes en police futuristes du plus bel effet, mais détrompez-vous, le reste est très nul...

    Les prestations sont consternantes, car les acteurs sont tous plus nuls les uns que les autres, jugez par vous même, un Coolio totalement hystérique qui énerve au possible, une Erika Eleniak sans aucune expression, un Casper Van Dien meilleur que les autres mais qui se limite à trois expressions (ouf un record!!!) et un Udo Kier qui est censé avoir la trouille mais qui ne sait faire que les yeux grands ouverts (si si je vous jure, mais que lui est-il arrivé???).Pour ne rien gacher, leurs dialogues sont ridicules.

    Le manque de budget est trop visible, si ce n'est étonnament de bons SFX (plans dans l'espace) et une réalisation mobile, l'on voit par exemple sans aucun problème que le film complet a été tourné dans une petite usine de 20m2.Le réalisateur va ainsi abuser de gros plans et de filtres pour cacher comme il peut l'absence de décors(toujours le même couloir, vous allez le connaître à force).Autre exemple, les scaphandres spatiaux du début sont en fait des casques de plongée avec des tuyaux, effet naze garanti.Et ne parlons pas des costumes et des maquillages totalement ridicules...

    L'histoire, quoi qu'intéressante sur le papier avec quelques jolies références à "Alien" (le nom du vaisseau est Mother III)est très mal exploitée, il ne se passe absolument rien ici, c'est morne et linéaire au possible, dès qu'un membre d'équipage se transforme en vampire (vous allez vous marrer) il meurt en un coup, ainsi vous ne verrez absolument aucun combats, ni aucune scènes d'actions (ah si pardon, quelques fuites dans un fameux couloir).Seul élément à peu près intéréssant, quelques surprises dans l'ordre des mordus, de toute façon on s'en fout et à la fin tout le monde meurt (Youpi, on les verra plus) dans une explosion totalement surprenante (seul SFX bidon) et qui arrive comme un cheveux sur la soupe.

    D’ailleurs si vous n'avez pas compris le total naufrage de ce film, la fin du film se cloture sur un gag hallucinant:
    - Tu sais ce que je faisais avant de travailler pour la Fédération ? demande la bimbo-robot.
    - Non’’, répond très intrigué le Maousse costaud.
    - J’étais un androïde de plaisir’’, réplique t’elle fièrement.
    Le gros black se met alors à pleurnicher (si, si !)
    - Snif ! J’ai jamais eu d’argent pour m’en payer une.’’ Et là, il chiale carrément.
    - Alors allons-y, voir si je n’ai pas perdu la main !’’ déclare t’elle très sérieusement.
    Maousse costaud prend alors Bimbo-robot-pute dans ses bras et ils vont faire du radada.
    Boum ! Tout le monde crève !! Générique.

    Au final, ce film est un navet même pas drôle, avec des acteurs consternants, des décors, des costumes et des maquillages nazes, mais où en plus il ne se passe absolument rien.A fuir comme la peste.

    (1G-parce qu'il faut mettre une note-)(2C)

    Couleurs/2004/86'/Lion's Gate/DVD-5/VO D.D.2.0/Disponible en Import DVD Zone 1depuis le 07 décembre 2004 et espérons-le jamais en france.


  • "Le sang des templiers"de Florian Baxmeyer:

    "Le sang des templiers"est une mini-série très réussie de près de trois heures réalisée en 2004 en Allemagne qui raconte l'histoire de David qui élevé par un moine,a grandi sans connaitre l'identité de ses parents.Il apprend qu'il est le seul, depuis mille ans, à réunir dans ses gènes le sang des Prieurs de Sion et des Chevaliers du Temple. Ces deux ordres se battent depuis des siècles pour la possession du Saint Graal.Sa mère, chef des Prieurs, le persuade de se battre à ses côtés contre les Templiers.Sur ce synopsis fort intéressant,le scénariste nous propose tout un tas d'évènements parsemés de trahisons et de rebondissements,pour un scénario tout simplement passionnant.Les séquences d'actions s'enchainent à un rythme soutenu,tout comme les indices pour trouver le Graal.La réalisation de Florian Baxmeyer sans être exceptionnelle,tiens plutôt bien la route avec quelques effets de style bien positionnés lors des combats joliments chorégraphiés et un certain classicisme lors des plages de dialogues,sans oublier le montage qui en dehors d'une certaine rapidité occasionnelle est efficace.Les acteurs sont crédibles même si certains d'entres eux exagèrent un peu leur jeu.Le principal défaut de cette mini-série est sa musique qui alterne de bonnes compositions avec choeurs,des mauvaises partitions d'ambiances et des morceaux techno entrainant.Un mélange curieux pas toujours de qualité.Au final cette mini-série allemande est une belle réussite grâce à son scénario passionnant et à ses scènes d'actions efficaces et très présentes.

    (4G)(3C-grâce à quelques jolies trouvailles-)(3T-du grain et une VF caverneuse-).

    Allemagne/Couleurs/2004/185'/Elephant-GCTHV/2 DVD-9/VO et VF D.D 5.1/Disponible depuis le 13 décembre 2005.

     





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique