• Ong-Bak 3 - La bataille finale

    Ong Bak 3 The Final Battle Ong-Bak 3 - La bataille finale de Tony Jaa et Panna Rittikrai:

    Tien, laissé pour mort, est sauvé par Pim, Mhen et les villageois de Kana Khone. Grâce à la méditation apprise aux côtés de Phra Bua, il parvient enfin à accomplir le Natayuth et se dresse contre les oppresseurs de son peuple...


    Prenant place directement après le très spectaculaire mais peu compréhensible et inachevé second opus, "Ong-Bak 3" rectifie le tir même s'il pourra paraître hermétique à bon nombre de spectateurs occidentaux.

    En effet, il est question ici de la rédemption d'un guerrier à travers l'aspect culturel de la Thaïlande. On y parle donc de bouddhisme, de karma, de tradition (comme la danse traditionnelle nommée Ram Thaï) et quiconque ne s'intéressant pas un minimum à la culture de ce pays se sentira vite perdu. En dehors de cet aspect au demeurant très intéressant, "Ong-Bak 3" conserve la magnifique photographie cuivrée et la reconstitution à l'ambiance barbare de son aîné, il présente des scènes de combats toujours aussi jouissives, violentes et spectaculaires (peut-être un peu moins que dans le deux) et il termine en apothéose la grande destinée de Tien avec un scénario beaucoup moins chaotique.

    Ce dernier opus clôture donc la trilogie "Ong-Bak" avec réussite, mais l'aspect culturel de la Thaïlande y est tellement représenté que certains spectateurs seront vite largués.

    *****
    Blu-ray Disc Région A,B,C Canadien.
    Éditeur: Entertainment One.

    - Pistes sonores: Thaïlandais, Anglais et Français (VFF) DTS-HD Master Audio 5.1.
    - Sous-titres: Anglais et Français.

    Critique support: BBBBB
    -Image: La palette colorimétrique d'une grande richesse est totalement fidèle à l'esthétique du film (des tons cuivrés), les contrastes sont bien découpés, la profondeur de champ est concluante, le piqué est très pointu (la sueur sur les corps) et la fluidité est exemplaire. Mais la présence à plusieurs reprises d'un important bruit vidéo et l'utilisation d'un master loin d'être immaculé (beaucoup de points blancs parasites), viennent à gâcher quelque peu le spectacle.
    -Audio: Même si les effets arrières se font assez discrets (en dehors d'un passage stressant mais volontaire, où toutes les enceintes diffusent un bruit aigu / strident), les pistes sonores restituent tout le punch des scènes de combat.

    « Red EagleVan Helsing »