• The Showdown

    The Showdown The Showdown de Park Hoon-Jung:

    Au début du 17ème siècle, trois soldats survivent à une bataille entre la Corée et la Chine et réussissent à trouver refuge dans une taverne en plein terrain ennemi. Seuls, perdus et fatigués, leur calvaire commence à peine…

    Première réalisation du scénariste des deux immenses succès sud-coréen "I Saw the Devil" et "Unjust", "The Showdown" est un huit-clos (ne pas se fier à la bande annonce qui vend le film comme une grosse production épique riche en actions) qui met en scène trois personnages qui vont s'affronter physiquement mais surtout mentalement dans une taverne coupée du monde par une importante tempête de neige.

    Alors oui, les acteurs sont talentueux, le cadre est exceptionnel, la reconstitution est réaliste et la photographie appliquée, mais l'inexpérience de Park Hoon-Jung dans le domaine de la réalisation se fait sentir avec des cadrages quelconques et un montage chaotique (la bataille inaugurale et l'intégration des nombreux flashbacks), de plus, le film est beaucoup trop bavard (un bon quart d'heure en moins n'aurait pas été du luxe) et est vraiment avare en action (5 minutes) ... heureusement que le suspense tient en haleine.

    Sans être mauvais, "The Showdown" reste un film historique sud-coréen décevant.

    *****
    Blu-ray Disc Région B Français.
    Éditeur: First International Production.

    - Pistes sonores: Coréen Dolby Digital 2.0 et Français (VFF) DTS-HD Master Audio 5.1.
    - Sous-titres: Français.

    Critique support
    :
    BBBBB
    -Image: Si aucune critique ne peut être émise sur la propreté du master, le piqué, la définition, les contrastes, les noirs et la palette colorimétrique, ce transfert HD souffre pourtant de color banding (dégradés de couleurs visibles) et de saccades bien visibles lors des travellings.
    -Audio: Une piste sonore HD (coréenne non testée) concluante avec ce qu'il faut de puissance (bataille d'ouverture), de précision et de spatialisation (la tempête de neige omniprésente) pour profiter pleinement du film.

    « DownstreamInsidious »