• [Blu-ray] Desierto


    ♦ Nationalité : Mexicain, Français
    ♦ Genre : Thriller, Drame
    ♦ Année : 2015
    ♦ Durée : 88 min
    ♦ Réalisateur : Jonás Cuarón
    ♦ Acteurs : Gael García Bernal, Jeffrey Dean Morgan, Alondra Hidalgo, Diego Cataño, Marco Pérez

    • Provenance : France
    • Éditeur : Condor Entertainment
    • Date de sortie : 07 novembre 2016



    Désert de Sonora, Sud de la Californie. Au cœur des étendues hostiles, emmené par un père de famille déterminé, un groupe de mexicains progresse vers la liberté. La chaleur, les serpents et l'immensité les épuisent et les accablent. Soudain des balles se mettent à siffler. On cherche à les abattre, un à un...



    Avis du loup celeste : [Blu-ray] Desierto
    Cette chasse à l'homme sous un soleil de plomb étouffant, est un survival particulièrement âpre et nerveux où la tension va crescendo à mesure que les migrants tombent sous les balles d'un effrayant Jeffrey Dean Morgan. Éprouvant !

    Avis de WolfWife : [Blu-ray] Desierto
    Une traque désertique haletante et saisissante.



    Qualité vidéo : [Blu-ray] Desierto
    • Format vidéo : 1920x1080 / 50i - SDR / BT.709 - Encodage AVC - Format 1.85

    Un transfert HD flatteur à la définition pointue, aux détails précis, aux couleurs arides, aux contrastes solides et
    à la luminosité maintenue.

    [Blu-ray] Desierto

    Qualité audio : [Blu-ray] Desierto
    • Pistes sonores : Anglais DTS-HD MA 5.1, Français DTS-HD MA 5.1
    • Sous-titres : Français imposés sur la VO
    Une spatialisation toute en finesse, des coups de feu puissants, des ambiances désertiques immersives et un score anxiogène de Woodkid, pour des pistes sonores diaboliquement efficaces.

    [Blu-ray] Desierto

    ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
    Matériel de test
    Diffuseur vidéo : Philips 65PFL9708S Source : Oppo BDP-93EU NuForce Amplification : Yamaha RX-V3067
    Enceintes : Focal Profile CC908, Electra 926, Profile 908, Cobalt SR 800S, Chorus SW-700S (7.1)


    votre commentaire
  • 2033 - Future Apocalypse 2033 - Future Apocalypse de Francisco Laresgoiti:

    2033. Mexico est devenue une cité tentaculaire régie par un gouvernement totalitaire. Pablo, jeune financier sans scrupules qui profite du système et s’adonne sans compter aux plaisirs et à la drogue rencontre un jour un membre de la Rébellion...


    Ce thriller d'anticipation mexicain qui nous plonge dans un mexico (rebaptisé pour l'occasion Villaparaiso) futuriste aseptisé n'est pas sans évoquer Bienvenue à Gattaca ou Equilibrium.

    Il possède des CGI convaincants (les plans de Villaparaiso avec ses bâtiments et vaisseaux science-fictionnesques) et des trouvailles intéressantes (la drogue oculaire) en plus d'être une relecture de la Guerre des Cristeros qui opposa de 1926 à 1929 les paysans catholiques face à l'état mexicain anticatholique (mon petit doigt me dit qu'il y a de la propagande là-dessous), mais la construction du récit (déjà vu dans d'autres productions du même genre) est plus proche d'un téléfilm que d'une oeuvre cinématographique, le rythme est trop lent (plus de scènes d'actions n'auraient pas fait de mal), le jeu des acteurs est limite, l'univers n'est jamais assez développé et la bobine se termine en laissant de nombreuses questions sans réponses.

    2033 - Future Apocalypse est de la sorte une tentative courageuse de science-fiction pour le cinéma mexicain mais le résultat final est encore trop bancal pour convaincre totalement.

    *****
    Blu-ray Disc Région B Français.
    Éditeur: Condor Entertainment.

    - Pistes sonores: Espagnol et Français (VFF) DTS-HD Master Audio 5.1.
    - Sous-titres: Français imposés sur la VO.

    Critique support
    :
    BBBBB
    -Image: Un transfert HD bien définie, piqué, contrastée et lumineux qui ne souffre que de la présence de petits points blancs sur le master.
    -Audio: Des pistes sonores sympathiques au vu du faible budget ($ 5,000,000) du long métrage avec une belle ouverture frontale et des dialogues limpides, mais une présence rarissime des surrounds, une dynamique peu percutante et un caisson de basse presque oublié. Le BD n'est néanmoins pas à remettre en cause.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique