• [Test Blu-ray] The Lost City of Z

    [Test Blu-ray] The Lost City of ZGenre : Aventure
    Année
     : 2017
    Réalisateur : James Gray
    Acteurs : Charlie Hunnam, Robert Pattinson, Sienna Miller, Tom Holland
    Compositeur : Christopher Spelman

    Éditeur : Studiocanal

    Format image : 2.39 Cinémascope
    Bande-son : Anglais DTS-HD MA 5.1, Français DTS-HD MA 5.1



    Percy Fawcett, militaire britannique reconnu se voit proposer par la Société géographique royale en 1906, de cartographier les frontières entre le Brésil et la Bolivie, aux confins de l'Amazonie encore inexplorée. L'explorateur découvre alors que l'Amazonie cache bien des secrets sur la présence des hommes durant des millénaires dans cette contrée reculée, et dès lors sa quête de trouver une mystérieuse cité perdue appelée "Z" prouvant ses découvertes, n'aura de cesse. Pour cela, il devra affronter les dangers de la jungle venant des indigènes et ses propres démons qui l'éloignent de sa famille et de sa vie de militaire accompli...



    [Test Blu-ray] The Lost City of ZCe récit d'aventure plus proche des réalités de l'exploration humaine depuis des siècles (avec ses expéditions risquées, ses morts violentes et un saut dans l'inconnu) que d'une approche ludique à la Indiana Jones, nous montre le parcours d'un explorateur intrépide qui se confronte à la dure réalité de l'exploration dans des contrées hostiles, dures et mortelles. S'ensuit une quête fascinante sur l'inépuisable envie de l'homme de trouver des réponses à ses interrogations sur qui nous sommes, d'où nous venons, comment avons-nous évolué et quelle influence sur nous-même ces découvertes sur le passé de l'homme nous changent sur notre propre vision de nous-mêmes. La confrontation d'une société dite civilisée (l'empire britannique) face à un monde d'indigènes hostiles soit disant inférieur est d'ailleurs évoquée dans ce film, où l'évolution de l'homme vers un haut degré de civilisation n'est peut être pas là où on le croit. Le casting fait corps avec ces aventures « réelles », et Charlie Hunnam, étonnant de charisme dans le rôle de cet explorateur en quête de vérité, est épatant. Le reste du casting, Sienna Miller en tête en épouse déterminée et solidaire de son mari est excellente, donnant une autre vision de ses talents d'actrices (outre sa beauté), ainsi que Robert Pattinson très sobre (et loin de l'univers mielleux de Twilight) dans son rôle de compagnon d'aventures de Percy Fawcett. La disparition de cet aventurier des temps modernes qui a réellement existé et sans laisser de trace (enfin peut-être) dans la jungle amazonienne, reste un mystère à jamais enfoui aux confins d'une forêt mystérieuse. Un très beau film qui fait réfléchir tout en divertissant de façon convaincante.




    [Test Blu-ray] The Lost City of Z(Test réalisé sur un écran 2160p)
    Le rendu de cette image pourrait ne pas plaire à tout le monde (moi le premier), le parti-pris du réalisateur d'utiliser le format 35 mm sur ce Cinémascope engendrant un grain permanent, des fourmillements maousses (étonnant pour un Blu-ray aussi récent) en arrière-plan et un netteté qui semble s'être perdue en route. Choix volontaire ou pas, l'image en tout cas est typée, et la photographie du grand directeur de la Photo Darius Khondji n'arrange rien, avec une colorimétrie tirant évidemment beaucoup sur le vert, les jaunes et l'ocre, se rapprochant il est vrai des conditions difficiles dans la jungle. Pour les images au rasoir, il faudra repasser et s’accommoder des scènes sombres souvent bouchées et ne pas avoir une profondeur de champ au grand large. En tout cas l'image n'est pas clinquante, c'est un choix qui peut se respecter.



    [Test Blu-ray] The Lost City of Z(Test effectué en VF 5.1 DTS-HD Master Audio)
    Belle bande-son avec des bruits de jungle inquiétants et nombreux, quelques scènes bien remuantes (attaque d'indigènes, la guerre 14-18, etc.) et une ambiance musicale lancinante.

    ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
    Matériel de test
    Diffuseur vidéo : Samsung UE65HU7500 Source : Sony UPB-X800
    Amplification : Yamaha RX-A3020 
    Enceintes : Pioneer S-C80, S-H810V, S-F80, S-W250 (5.1)
    ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
    Rédacteur

    [UHD Blu-ray] Warcraft : Le commencement
    jedi poodou


    votre commentaire
  • [Test Blu-ray] Alice de l'autre côté du miroir

    [Test Blu-ray] Alice de l'autre côté du miroirGenre : Fantastique
    Année
     : 2016
    Réalisateur : James Bobin
    Acteurs : Mia Wasikowska, Johnny Depp, Helena Bonham Carter, Sacha Baron Cohen, Anne Hathaway
    Compositeur : Danny Elfman

    Éditeur : Walt Disney France
    Format image : 1.85
    Bande-son : Anglais DTS-HD MA 7.1, Français DTS-HD HR 5.1



    Alice a bien grandi, et est devenue capitaine de navire marchand, bourlinguant sur toutes les mers du monde. Elle revient à Londres pour mettre en ordre les affaires familiales quand son passé aventureux dans le monde magique du Pays des Merveilles refait surface par hasard (ou pas ?), lui donnant l'occasion d'essayer de sauver son meilleur ami, le chapelier fou, qui cherche à retrouver sa famille disparue. Alice se lance à travers une course contre le temps en essayant de contrôler la Chronosphère qui lui permettra de voyager dans le temps et de changer le cour des événements...



    [Test Blu-ray] Alice de l'autre côté du miroirCette suite de Alice au Pays des Merveilles de Tim Burton qui ne me paraissait pas indispensable avant que je l'achète, m'a finalement enthousiasmé. Un très beau film vous attend avec des personnages attachants, une histoire assez magique et belle, des décors féeriques et fabuleux, d'excellents acteurs au service de l'histoire. Franchement, un film d'une grande qualité qui transparaît à l'écran par ses images toutes plus belles les unes que les autres. Les effets spéciaux sont fantastiques mais n'entachent en rien l'histoire. J'ai trouvé Mia Wasikowska touchante et excellente dans son rôle d'Alice. Du très beau cinéma. Je trouve même cet opus supérieur à l'Alice au Pays des Merveilles de Tim Burton, ce qui n'est pas un mince exploit.




    [Test Blu-ray] Alice de l'autre côté du miroir(Test réalisé sur un écran 2160p)
    Que c'est beau. Une définition remarquable, des couleurs féeriques et une profondeur de champs sidérante. L'une des plus belles images que j'ai vu ces derniers temps. Une immersion totale dans ce format 1.85.



    [Test Blu-ray] Alice de l'autre côté du miroir(Test effectué en VF 5.1 DTS-HD HR)
    Grosse activité durant tout le film, avec des va-et-vient permanents sur toutes les enceintes.

    ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
    Matériel de test
    Diffuseur vidéo : Samsung UE65HU7500 Source : Sony UPB-X800
    Amplification : Yamaha RX-A3020 
    Enceintes : Pioneer S-C80, S-H810V, S-F80, S-W250 (5.1)
    ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
    Rédacteur

    [UHD Blu-ray] Warcraft : Le commencement
    jedi poodou


    votre commentaire
  • [Test 4K Ultra HD] Lego Ninjago, le film

    [Test 4K Ultra HD] Lego Ninjago, le filmTitre original : The LEGO Ninjago Movie
    Nationalité : Américain

    Genre : Animation, Aventure, Action, Fantastique, Comédie
    Année : 2017
    Durée : 101 min
    Réalisateurs : Charlie Bean, Paul Fisher, Bob Logan
    Acteur : Jackie Chan
    Doubleurs : Dave Franco, Jackie Chan, Justin Theroux, Abbi Jacobson, Michael Peña (VO)


    Provenance : France
    Éditeur : Warner Bros.
    Date de sortie : 19 décembre 2017
    Format vidéo : 3840x2160 / 24p - HDR10 / BT.2020 - YCbCr 4:2:0 / 10 bit - Encodage HEVC - Format 2.39 - 2K DI
    Luminance HDR : De 0.005 à 4000 nits
    Bande-son : Anglais Dolby Atmos (Dolby TrueHD 7.1), Anglais DTS-HD MA 5.1, Français (VFQ) Dolby Digital 5.1, Anglais Audiodescription
    Sous-titres : Français, Anglais pour malentendants



    Pour défendre la ville de Ninjago City, Lloyd, alias le Ninja Vert, et ses amis maîtres-bâtisseurs Lego et combattants infiltrés se mobilisent. Avec à leur tête le maître kung-fu Wu, aussi sage que blagueur, ils doivent affronter l’abominable Garmadon, qui se trouve aussi être le père de Lloyd ! Mais il leur faudra d’abord surmonter leur ego et apprendre à unir leurs forces pour se révéler de redoutables guerriers. C’est à ce seul prix que notre bande de ninjas modernes, redoutables et insoumis, pourront remporter la bataille...




    [Test 4K Ultra HD] Lego Ninjago, le filmSi l'inventivité des précédents volets s'est perdue en chemin, ce film d'animation pour grands gamins qui mêle action débridé et humour irrévérencieux, est un divertissement ludique et totalement hystérique à la charte graphique à nulle autre pareille et aux citations bien senties.



    [Test 4K Ultra HD] Lego Ninjago, le filmUne présentation UHD incroyable qui délivre des images fabuleusement belles. Et si le Blu-ray est déjà une référence dans le domaine, cet Ultra HD Blu-ray s'impose tout autant comme un top démo. Les détails sont d'une complexité hors-norme et font un bond en avant (les éraflures et autres saletés présentent sur les figurines sont difficilement discernables en HD), la profondeur de champ est plus impressionnante (le détachement en quasi-3D des bâtiments en arrière-plan), les couleurs sont toujours pleines de vie mais gagnent en richesse (les personnages jaunes, le feuillage vert, la lave rouge), les contrastes sont largement plus dynamiques avec des éclairages plus vifs (les néons de l'établissement scolaire, les lanternes du dojo) et des noirs plus profonds, les reflets sont plus brillants (les rayons du soleil sur l'arme ultime) et il n'y a aucune trace de compression.



    [Test 4K Ultra HD] Lego Ninjago, le filmUne piste Atmos de folie où il y a tellement d'informations sonores dans chaque séquence qu'il paraît difficile de tout « enregistrer ». Les dialogues sont clairs, les ambiances permanentes (le chaos à Ninjago City), les effets robustes (qu'ils soient physiques et/ou pyrotechniques), le score entraînant et les basses en forte quantité. Le tout est parfaitement spatialisé avec une scène frontale étendue, une surface arrière généreuse et une zone aérienne bien exploitée (la réverbération dans certaines pièces, le passage de nombreux véhicules volants, les éjections du repaire de Garmadon, etc.). Quant à la VF, si elle se donne sans compter, elle ne joue vraiment pas dans la même cour (moins d'ampleur, de précision et de bruitages).


    ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
    Matériel de test
    Diffuseur vidéo : LG OLED55C6V Source : Oppo UDP-203 Audiocom Reference Amplification : Pioneer SC-LX901
    Enceintes : Focal Chorus CC700V, Chorus 716V, Chorus 706V, Chorus B8V W, Sub 300P; Klipsch RP-140SA (7.1.4)
    ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
    Rédacteur
    [Blu-ray] Conspiracy
    le loup celeste


    votre commentaire
  • [Test Blu-ray] Alien, le huitième passager

    [Test Blu-ray] Alien, le huitième passagerActeurs : Sigourney Weaver, Tom Skerritt, Harry Dean Stanton, Veronica Cartwright, John Hurt, Ian Holm, Yaphet Kotto
    Réalisateur : Ridley Scott
    Durée : 117 minutes
    Public : 12 ans et plus

    Date de sortie : 31/10/2010
    Format image
     :
    2.35:1
    Bande-son : Anglais DTS-HD MA 5.1, Français DTS 5.1



    Le Nostromo, vaisseau commercial, est réveillé de son sommeil par un étrange signal provenant d'une planète inconnue. Son équipage se doit alors de vérifier l'existence de vie, et trouve un étrange vaisseau, source du signal. L'officier Kane est alors attaqué par une forme de vie inconnue. De retour sur le Nostromo, le médecin essaye d'enlever en vain la créature accrochée sur le visage de Kane, jusqu'au jour où celle-ci se décroche d'elle même...



    [Test Blu-ray] Alien, le huitième passagerRidlet Scott nous a livré avec son film, le monstre le plus terrifiant que le cinéma est connu à l'époque. Sachant que son film est sortie en 1979, la version proposée nous le fait découvrir sous un autre angle et encore plus l'apprécier. Le climat angoissant et prenant ne nous quitte pas du long-métrage, et on découvre par celui-ci une excellente actrice qui deviendra une très grande actrice : Sigourney Weaver. Blu-ray à posséder pour tout ceux qui adore ce film.



    [Test Blu-ray] Alien, le huitième passagerLe transfert du Blu-ray bénéficie d'une restauration de haut vol proposant une image de toute beauté. La netteté et le piqué sont indéniables, la définition est impressionnante, le contraste est magistral dégageant cette atmosphère pesante liée au film, les détails sont précis, la colorimétrie monochrome très bien gérée et la profondeur de champ exemplaire. Du très beau travail supervisé par Ridley Scott.



    [Test Blu-ray] Alien, le huitième passagerLa VF est dotée d'une piste en simple DTS qui est supérieure à la version Dolby Digital du DVD mais qui manque quand même de spatialisation. Le travail a été fait surtout sur la partie frontale d'où ressorte avec intelligibilité les dialogues, et sur le canal de basse plus prononcé. Les effets surrounds se font entendre mais à moindre mesure.

    ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
    Matériel de test
    Diffuseur vidéo :
     Samsung UE55D8000 Source : Panasonic DMP-BDT310

    Amplification : Onkyo TX-RZ800 Enceintes : DALI Zensor Vokal, Zensor 7, Zensor 1; Energy S-10.3 (5.1)
    ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
    Rédacteur
    [Blu-ray] La Planète des Singes : Suprématie

    neo4


    4 commentaires
  • [Test 4K Ultra HD] Blade Runner 2049

    [Test 4K Ultra HD] Blade Runner 2049Genre : Science-fiction
    Année : 2017
    Réalisateur : Denis Villeneuve
    Acteurs : Ryan Gosling, Harrison Ford, Ana de Arnas, Robin Wright, Jared Leto
    Compositeur : Hans Zimmer

    Éditeur : Sony Pictures
    Format image : 2.40 Cinémascope
    Bande-son : Anglais Dolby Atmos (Dolby TrueHD 7.1), Français DTS-HD MA 5.1



    En 2049, trente années après la révolte des réplicants qui se sont retournés contre leurs créateurs, les humains, des unités de Blade Runner sont toujours actives pour éliminer les réplicants qui ne respecteraient pas leur rôle qui est de servir les humains dans toutes leurs tâches les plus dures, aussi bien sur Terre que dans les colonies de l'espace. Un officier de l'unité Blade Runner, K, réplicant lui-même mais sous contrôle, est chargé par les autorités de traquer un enfant qui serait né de l'union interdite entre une réplicante et un officier Blade Runner, Deckard. Tout en cherchant à retrouver Deckard, il découvrira par lui-même une certaine quête de sens de sa propre existence, devra combattre des forces destructrices aussi bien pour les humains que les réplicants, tout en donnant espoir à une humanité en perdition et à des réplicants qui cherchent à trouver leur place sur Terre et dans l'Univers...



    [Test 4K Ultra HD] Blade Runner 2049À l'époque où est sorti le Blade Runner originel de Ridley Scott (en 1982), adaptation du livre de Philip K. Dick Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? jugé inadaptable (je n'ai jamais lu le livre), ce fut un choc pour moi lorsque je l'ai vu au cinéma en salle à cette époque. Ce film de science-fiction m'avait impressionné, laissé bouche-bée et marqué la rétine (non, je ne suis pas un réplicant, lol) par son côté avant-gardiste, sa narration étonnante pour un film de SF et des images faramineuses pour l'époque, ses personnages charismatiques et son ambiance crépusculaire étouffante. Étonnamment, Blade Runner fut un relatif échec commercial dans le monde, et surtout aux États-Unis (moins en France où il bénéficie d'un véritable culte), pour devenir 36 ans plus tard le film culte tel qu'il est reconnu maintenant, et à juste titre. Donc, il est vrai qu'avoir appris qu'une suite à ce film culte allait sortir fut une surprise, car franchement je pensais que Blade Runner se suffisait à lui-même, sans penser qu'une suite était possible. Connaissant le réalisateur Denis Villeneuve pour son sens de la perfection, son indéniable sens du cinéma, et son imprégnation de tous les films cultes sortis depuis des décennies tout en apportant sa patte personnelle dans un cinéma presque tripal, je me suis dit que pourquoi pas donner une suite, et en savoir un peu plus sur l'univers de Blade Runner, qui restait finalement assez évasif et mystérieux dans le film de Ridley Scott. Donc, cette suite, située 30 ans après les événements datés en 2019, nous embarque dans un monde fantasmagorique, où l'avenir est pris entre des visions cauchemardesques d'une humanité plongée dans les ténèbres de sa propre auto-destruction. Entre des mondes virtuels, une intelligence artificielle censée apaiser ce monde étouffant, des mondes très organiques et sensuels aussi (les corps et la chair humaine sont très présents tout au long du film dans toute leur crudité) où l'humanité se réplique pour mieux s'auto-détruire, à la recherche d'une quête de sens de qui on est et d'où l'on vient irrigue ce film de bout en bout. Alors, je dirai avec un grand oui que Denis Villeneuve a réussi à respecter l'esprit de Blade Runner, tout en lui insufflant une vision fulgurante d'un avenir incertain. Les nombreux personnages charismatiques qui traversent ce film à la fois emblématiques de cet univers futuriste, donnent à la fois un côté très humain et inquiétant. Le casting masculin et féminin m'a paru excellent durant tout le film, d'un Harrison Ford fatigué mais très humain, un Ryan Gosling à la fois froid mais en quête de sens sur sa propre existence, un Jared Leto aussi charismatique que très inquiétant et impitoyable en fossoyeur de l'humanité, et une magnifique Ana de Arnas (que je découvre) qui apporte un peu de douceur dans ce monde de violence et de désespoir. La fin du film, presque aussi brutale que dans le Blade Runner originel, ouvre-t-elle une nouvelle porte vers une ultime suite qui clôturerait cette vision d'un avenir qui au niveau temporel est plus proche de nos réalités actuelles (l'avenir de la Terre et son environnement chaque jour un peu plus attaqué) ? Je me suis posé la question dès la fin du film. Et pourquoi pas finalement. Les 2 h 45 de film en tout cas ne m'ont pas paru trop longues, même si le tempo un peu lent et contemplatif typique des films de Denis Villeneuve est présent.



    [Test 4K Ultra HD] Blade Runner 2049(Test réalisé sur un écran 2160p non compatible HDR)
    Whaou ! Quelle beauté ce film. Des images à s'en décrocher la mâchoire, même si le côté sombre est omniprésent. Entre des tons froids absolument glaçants sur des villes tentaculaires ou des lieux ravagés par l'activité humaine, des tons orangés dans un désert filmé de façon sublime, des couleurs saturées du plus haut niveau, on est subjugué par la précision de l'image, avec une profondeur de champ fantastique. Je ne donne pas souvent la note de 10 à un film UHD, mais là, je ne vois rien à redire. C'est tout simplement beau.



    [Test 4K Ultra HD] Blade Runner 2049(Test effectué en VO 5.1 Dolby TrueHD sous-titrée français)
    À l'instar de l'image, j'ai pris une sacrée claque avec une bande-son monstrueuse, colossale de puissance. Entre une musique sublime qui envoie sur tous les canaux, des impacts dans les graves dévastateurs (mes murs et mon sol en tremblent encore), des dialogues au top de l'intelligibilité, des effets multicanaux fulgurants, je ne peux que donner la note de 10/10 pour la deuxième fois (après Transformers 5) pour une piste multicanale. Une jouissance auditive absolue. La musique de Hans Zimmer respecte à la lettre l'esprit de la partition de Vangelis qui irriguait Blade Runner. Et c'est magnifique.

    ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
    Matériel de test
    Diffuseur vidéo : Samsung UE65HU7500 Source : Sony UPB-X800
    Amplification : Yamaha RX-A3020 
    Enceintes : Pioneer S-C80, S-H810V, S-F80, S-W250 (5.1)
    ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
    Rédacteur

    [UHD Blu-ray] Warcraft : Le commencement
    jedi poodou


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires