• [Test Blu-ray] Brimstone

    [Test Blu-ray] BrimstoneGenre : Western
    Année
     : 2016
    Réalisateur : Martin Koolhoven
    Acteurs : Guy Pearce, Dakota Fanning, Carice Van Houten, Kit Harrington, Emilia Jones

    Compositeur : Tom Holkenborg

    Éditeur
     : M6 Vidéo
    Format image : 2.40 Cinémascope

    Bande-son : Anglais DTS-HD MA 5.1 (et 2.0), Français DTS-HD MA 5.1 (et 2.0)



    En cette fin de XIX siècle, la vie âpre et difficile des habitants de l’Ouest américain est rythmée par une vie de durs labeurs et de dévotion à Dieu où aucun pêché n’est permis. Une jeune fille muette cherche à échapper à son destin et à un homme qui la traque depuis son enfance pour lui faire subir les pires châtiments. La lutte pour sa survie et pour sauver sa famille des griffes de cet homme impitoyable qui au nom de Dieu commet les pires atrocités commence, avec son lot de violence désespérée et sans pitié...




    [Test Blu-ray] BrimstonePfiou ! Moi qui aime les westerns à l’ancienne avec son lot de poncifs, de braves héros mâles prêts à sauver la donzelle en détresse, de grands paysages grandioses, de charges héroïques et de lutte contre les Indiens, et bien je peux aller me rhabiller, car le western ici présent est tout sauf conventionnel. Purée, quelle boucherie, quelle âpreté, quelle dureté dans les images, quel jusqu’au-boutisme sans espoir. J’ai rarement vu un film sur l’Ouest américain aussi violent, aussi énigmatique, aussi désespéré, aussi crépusculaire, poussant dans ses retranchements nos certitudes et notre vision d’un Ouest idyllique. Même si la violence est omniprésente dans ce film, ayant parfois un caractère malsain et complaisant, je dois dire que la vision du réalisateur hollandais Martin Koolhoven (oui, oui, vous avez bien lu) est l’une des plus dure que j’ai pu voir tous films confondus. Sur des thèmes hautement casse-gueule comme l’inceste, le viol, le meurtre, la perversité, les violences faites aux femmes, la religion comme seul vecteur des sentiments dans la violence la plus absurde, le réalisateur réussit à nous captiver durant les près de 2 h 30 de film pour nous mettre un uppercut qui vous laisse KO, et par là-même devant cette avalanche d’images d’une violence inouïe vous laisse groggy. Il va sans dire que je déconseille de passer ce film aux âmes sensibles qui pourraient en sortir ébranlées. Heureusement que quelques moments de douceur donnés par une Dakota Fanning au sommet viennent pondérer toute cette violence. Quant à Guy Pearce, en pasteur diabolique et machiavélique, il est tout simplement l’incarnation du mal, une ordure absolue, la quintessence du mal. Une performance exceptionnelle qui vaut au film d’être vu au moins une fois rien que pour ça. Je ne sais pas si un grand cinéaste est né avec ce film, mais il suit les traces d’un certain Paul Verhoeven, son compatriote adepte lui aussi d’une certaine « boucherie » et d’une mise en scène de la violence dans ses films pour mieux la dénoncer. Même Tarantino, avec sa façon presque cartoonesque de filmer comme il l’a fait dans ses westerns, peut aller se rhabiller devant une vision aussi crépusculaire de l’Ouest américain. Attention, film-choc !



    [Test Blu-ray] Brimstone(Test réalisé sur un écran 2160p)
    L’image bénéficie d’une très belle définition, d’une très belle mise en image des grands espaces idylliques tout en conservant un aspect froid qui sied bien aux thèmes du film. Quelques scènes de nuit un peu trop éclairées à mon goût parsèment le film ainsi que quelques fourmillements en basse lumière, mais sinon la qualité est constante du début à la fin.
     



    [Test Blu-ray] Brimstone(Test effectué en VF 5.1 DTS-HD Master Audio)
    Belle ampleur générale lors de quelques scènes chocs, assez puissante pour vivre les ambiances angoissantes, musique lancinante, une bande-son qui accompagne de façon inquiétante le déroulé du film.
     

    ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
    Matériel de test
    Diffuseur vidéo : Samsung UE65HU7500 Source : Sony UBP-X800
    Amplification : Yamaha RX-A3020 
    Enceintes : Pioneer S-C80, S-H810V, S-F80, S-W250 (5.1)
    ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
    Rédacteur

    [UHD Blu-ray] Warcraft : Le commencement
    jedi poodou


    votre commentaire
  • [Blu-ray] Brimstone


    ♦ Nationalité : Néerlandais, Français
    ♦ Genre : Western, Drame
    ♦ Année : 2016
    ♦ Durée : 149 min
    ♦ Réalisateur : Martin Koolhoven
    ♦ Acteurs :
    Dakota Fanning, Guy Pearce, Kit Harington, Carice van Houten, Emilia jones

    • Provenance : France
    • Éditeur : M6 Vidéo
    • Date de sortie : 23 août 2017



    Dans l’Ouest américain, à la fin du XIXe siècle. Liz, une jeune femme d’une vingtaine d’années, mène une vie paisible auprès de sa famille. Mais sa vie va basculer le jour où un sinistre prêcheur leur rend visite. Liz devra prendre la fuite face à cet homme qui la traque sans répit depuis l’enfance...

    [Blu-ray] Brimstone

    Avis du loup celeste : [Blu-ray] Brimstone
    Entre western crépusculaire désespéré et conte horrifique diaboliquement étouffant, ce chemin de croix féministe et viscéral magnifiquement esthétisé, où la faussement fragile Dakota Fanning fait face au réellement tétanisant Guy Pearce, est un puissant drame éprouvant.

    Avis de WolfWife : [Blu-ray] Brimstone
    Un western impitoyable et viscéral impressionnant de violence, à la mise en scène découpée accrocheuse qui va crescendo dans le choc.



    Qualité vidéo : [Blu-ray] Brimstone
    • Format vidéo : 1920x1080 / 24p - SDR / BT.709 - YCbCr 4:2:0 / 8 bit - Encodage AVC - Format 2.40
    Si les noirs ne sont pas aussi sombres que l'ambiance du film, ce transfert HD exempt de traces compressives reste bluffant. La
    définition est époustouflante, le piqué ahurissant, les couleurs naturelles resplendissantes et les contrastes très régulièrement saisissants.

    [Blu-ray] Brimstone

    Qualité audio : [Blu-ray] Brimstone
    • Pistes sonores : Anglais DTS-HD MA 5.1 (et 2.0), Français DTS-HD MA 5.1 (et 2.0)
    • Sous-titres : Français, Français pour malentendants
    Peu spectaculaires mais aisément riches en ambiances environnementales et en basses tendues, ces deux pistes sonores (2.0 non testées) à la clarté évidente, à la dynamique inattendue et aux nappes angoissantes (que l'on doit à Junkie XL) particulièrement amples, sont convaincantes.

    [Blu-ray] Brimstone

    ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
    Matériel de test
    Diffuseur vidéo : LG OLED55C6V Source : Panasonic DMP-UB900 Amplification : Pioneer SC-LX901
    Enceintes : Focal Chorus CC700V, Chorus 716V, Chorus 706V, Chorus B8V W, Sub 300P; Klipsch RP-140SA (7.1.4)


    votre commentaire
  • [Blu-ray] Kill Switch


    ♦ Titre original : "Kill Switch"
    ♦ 
    Nationalité : Néerlandais, Allemand, Américain
    ♦ Genre : Science-fiction, Action
    ♦ Année : 2017
    ♦ Durée : 91 min
    ♦ Réalisateur : Tim Smit
    ♦ Acteurs : Dan Stevens, Bérénice Marlohe, Charity Wakefield, Tygo Gernandt

    • Provenance : Canada (région A)
    • Éditeur : Mongrel Media
    • Date de sortie : 22 août 2017



    Un physicien fait face aux conséquences apocalyptiques d’une expérience ayant pour but de rechercher une source d’énergie illimitée. Il se lance alors dans une course contre la montre pour sauver l’humanité...



    Avis du loup celeste : [Blu-ray] Kill Switch
    Ce film de science-fiction en vue subjective (80% du temps) jouit d'un scénario au concept fort, d'une facture technique plus qu’honnête et d'une mise en scène qui respecte, à l'interface neuronale près, l'aspect et les sensations des jeux de tir à la première personne. À défaut d'être pleinement impliquant, le résultat reste ambitieux et bien exécuté.



    Qualité vidéo : [Blu-ray] Kill Switch
    • Format vidéo : 1920x1080 / 24p - SDR / BT.709 - YCbCr 4:2:0 / 8 bit - Encodage AVC - Format 2.39

    Ce transfert HD respecte les volontés artistiques de l’œuvre à l'aide d'une compression solide
    comme un roc. La photographie grise/bleue laisse de côté les couleurs vivantes, les contrastes se veulent dépouillés et la définition varie intentionnellement. Pour être plus précis, les flashbacks au piqué pointu présentent une multitude de détails fins, alors que les séquences à la première personne sont nettement moins détaillées avec des CGI assez doux.

    [Blu-ray] Kill Switch

    Qualité audio : [Blu-ray] Kill Switch
    • Pistes sonores : Anglais DTS-HD MA 5.1, Français DTS-HD MA 5.1
    • Sous-titres : Anglais pour malentendants (sur la VO seulement), Français pour malentendants (sur la VF seulement)
    Un mixage à la dynamique large, à la spatialisation enveloppante, à l'activité surround régulière (surtout en mode FPS) et aux basses puissantes, qui évoque par bien des aspects le rendu sonore d'un jeu vidéo.

    [Blu-ray] Kill Switch

    ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
    Matériel de test
    Diffuseur vidéo : LG OLED55C6V Source : Oppo UDP-203EU MRZ Amplification : Pioneer SC-LX901
    Enceintes : Focal Chorus CC700V, Chorus 716V, Chorus 706V, Chorus B8V W, Sub 300P; Klipsch RP-140SA (7.1.4)


    votre commentaire
  • Deep Water 3D Deep Water (Amphibious 3D) de Brian Yuzna :

    Le synopsis :

    La biologiste Skylar Shane engage Jack Bowman, capitaine de bateau, pour l’aider à trouver des échantillons de vie préhistorique au large des cotes de Sumatra. Ils ne savent pas qu’ils vont être confrontés à une créature géante et extrêmement agressive remontée des abysses…

    Le film : ♥♥♥♥

    Cette toute petite série B horrifique (le Z n'est vraiment pas loin) que l'on doit à Brian Yuzna après une longue absence de sept ans derrière une caméra, pèche par un scénario déjà vu qui multiplie les clichés, par des dialogues ridicules, par l'absence totale de tension, par l'interprétation calamiteuse des comédiens et par l'approximation des effets spéciaux. Mais à coté de cela, la mise en scène est judicieuse et parvient à masquer comme elle peut le très faible budget alloué à la production, les scènes gores sont nombreuses (même si Brian Yuzna est plus sage qu'à l'accoutumé) et la créature est plutôt réussie. Ce monster movie est donc supérieur aux films du même genre qui pullulent sur la chaîne Syfy, mais n'est rien de plus qu'une toute petite production horrifique à réserver exclusivement aux amateurs.

    Le Blu-ray Disc : [Blu-ray 3D] Deep Water

    - Format vidéo : 1080p MVC [1.85].
    - Pistes sonores : Anglais et Français (VFF) DTS-HD Master Audio 5.1.
    - Sous-titres : Français imposés sur la VO.
    • Image : De jour, les contrastes et les noirs sont riches, alors que de nuit les premiers s'affaiblissent et les seconds sont délavés. C'est bien dommage car la définition, le piqué et les couleurs sont solides de jour comme de nuit.
    • Audio : La dynamique de la frontale, la présence des surrounds, la spatialisation des effets et la clarté des dialogues sont étonnants pour une production aussi modeste.

    La 3D : [Blu-ray 3D] Deep Water

    Le début façon tournage amateur, qui semble avoir été très clairement converti à l'arrache (textures qui se chevauchent, problèmes de volumes et de distances) laisse craindre le pire, pourtant et même si plusieurs plans sont visuellement inconfortables, la faute à des arrière plans qui semblent parfois truqués et à des artefacts lumineux visibles deux-trois fois d'un œil et pas de l'autre, cette 3D en grande partie native est plaisante. La luminosité est toujours satisfaisante, l'absence quasi-totale de ghosting est appréciable, la fenêtre de profondeur oscille entre le moyen + (de nuit surtout) et le bon (les vues lointaines de la plate-forme de pêche et le final sur le ponton), la perception des volumes comme les détachements entre les personnages sont réussies et les débordements (éléments des décors et personnages) / jaillissements (bras tendus, armes/objets pointés vers le spectateur, dard et pinces du monstre géant) sont bien présents et souvent intenses (la lame du couteau qui traverse la flamme). Une mention spéciale à la toute fin du film, où le format change à la volée pour donner l'impression qu'une petite créature saute directement du bord de l'écran en passant par dessus la bande noire. L'effet est garanti et fait froid dans le dos. Cette 3D est donc hétérogène mais reste globalement immersive.

    Blu-ray Disc Région B Français.
    Éditeur : Seven7.
    Date de sortie : 02 janvier 2013.

    Deep-Water.jpg


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique