• Installation HC :
    --- Config. HP : 5.1 ---

    Diffuseur vidéo :
    - Téléviseur LED : Samsung 55D8000
    (139 cm / Full HD / 3D Ready)
    Sources :
    - Lecteur BD : Panasonic DMP-BDT310 (3D)
    - Lecteur/enregistreur DVD : Panasonic DMR-XW350U (Double tuner TNT HD / DD 160 GO)
    - Lecteur CD :
    Onkyo DX-7355
    Amplification :
    - Ampli HC : Onkyo TX-RZ800
    (7.2 labellisé THX® Select2 Plus / Dolby Atmos / DTS:X / 7 x 185 watts sous 6 ohms)
    Enceintes :

    - Enceinte centrale : Dali Zensor Vokal
    - Enceintes frontales : Dali Zensor 7
    - Enceintes surround latérales : Dali Zensor 1
    - Caisson de grave : Energy S-10.3


    Photos de l'installation :

    L'installation HC et Hi-Fi de neo4 L'installation HC et Hi-Fi de neo4 L'installation HC et Hi-Fi de neo4 L'installation HC et Hi-Fi de neo4

    L'installation HC et Hi-Fi de neo4
    L'installation HC et Hi-Fi de neo4 L'installation HC et Hi-Fi de neo4 L'installation HC et Hi-Fi de neo4

    L'installation HC et Hi-Fi de neo4 L'installation HC et Hi-Fi de neo4 


    votre commentaire
  • L'Ultra HD Blu-ray : nous y sommes !


    Ça y est, nous y sommes enfin. Les premiers disques et lecteurs Ultra HD Blu-ray vont débarquer dans nos salons français entre fin mars et début avril 2016. L'occasion rêvée de vous concocter un petit dossier sur ce format nouvelle génération.


    Quelles sont ses spécifications techniques ?

    L'Ultra HD Blu-ray : nous y sommes !Elles ont été annoncées par la Blu-ray Disc Association (BDA) le 12 mai 2015 et proposées l'été dernier sous licence aux constructeurs. Le successeur du Blu-ray ...

    L'Ultra HD Blu-ray : nous y sommes !• ... propose jusqu'à 100 Go de stockage sur 3 couches de 33 Go, contre 50 Go pour les Blu-Ray actuels. Il contient des vidéos Ultra HD (jusqu'à 3840 x 2160 pixels) et exploite la norme de compression H.265 (HEVC - High Efficiency Video Coding).

    L'Ultra HD Blu-ray : nous y sommes !• ... prend en charge le mode HDR  (High Dynamic Range) afin d'obtenir une large plage dynamique. Les scènes seront plus contrastées et plus réalistes grâce à un écart plus important entre les zones les plus sombres et les plus claires.

    L'Ultra HD Blu-ray : nous y sommes !• ... se conforme aux standards P3 (Digital Cinema) ou BT.2020 (75% du spectre visible par l’œil humain) de l'EBU (Union européenne de radio-télévision) et bénéficie pour se faire d'une plage de couleurs étendue (wide colour gamut) et d'un codage sous 10 bits, au lieu des 8 actuels, qui porte de 256 à 1024 le nombre de nuances par canal de couleur RVB pour des dégradés plus fins et sans aplats.

    ... est compatible jusqu'à la fréquence de 60 images/s, là ou le Blu-ray 1080p doit se contenter d'une fréquence de 24 images/s. L'augmentation du nombre d'images affichées par seconde offre une meilleure expérience visuelle avec une fluidité d'image exceptionnelle et une netteté inégalée, notamment sur les travellings et les images en mouvement.

    L'Ultra HD Blu-ray : nous y sommes !• ... contient toujours les codecs audios habituels (Dolby TrueHD, DTS-HD et PCM) mais peut y ajouter le Dolby Atmos, le DTS:X et l'AURO-3D.

    • ... peut être numérisé sur des serveurs de stockage en toute sécurité par un système de gestion numérique des droits (DRM pour digital rights management) appelé « digital bridge ». Il y a ainsi moyen de le regarder sans avoir à l'insérer dans le lecteur à chaque visionnage.

    • ... est dépourvu de code régional, ainsi, il sera possible de jouer des films Ultra HD Blu-ray achetés n'importe où dans le monde sur un lecteur Ultra HD Blu-ray.

    Quels titres puis-je déjà me procurer ?

    Dès le 29 mars, la première vague de titres édités par la 20th Century Fox sera disponible dans nos commerces et affichée aux alentours de 30 €. Pas d'exclusivité pour le moment car vont paraître "Exodus : Gods and Kings", "Hitman : Agent 47", "Kingsman : Services Secrets", "L'Odyssée de Pi", "Le Labyrinthe", "Le Labyrinthe : la Terre Brûlée", "Les 4 Fantastiques" (2015), "Seul sur Mars" et "X-Men : Days of Future Past".

    L'Ultra HD Blu-ray : nous y sommes !


    En attendant le reste des parutions françaises attendues chez les éditeurs Warner Bros. et Sony Pictures, seront disponibles le 1er mars aux États-Unis "Chappie", "Hancock", "Mad Max : Fury Road", "Pan", "Pineapple Express", "Salt", "San Andreas", "The Amazing Spider-Man 2", "The Lego Movie", "The Smurfs 2" et "Wild". À la même date, l'éditeur Lionsgate Films annonce "Ender's Game", "Sicario", "The Expendables 3" et "The Last Witch Hunter".

    L'Ultra HD Blu-ray : nous y sommes !


    Du côté des nouveautés il faudra encore patienter quelques mois avec l'arrivée prochaine (aux États-Unis pour l'instant) de "Brooklyn", "Concussion", "Deadpool", "The 5th Wave", "The Peanuts Movie", "The Revenant" et "X-Men : Apocalypse". Les annonces viendront de toute façon rapidement après le lancement officiel de ce nouveau format.


    Vers quel lecteur me tourner ?

    Le Samsung UBD-K8500 disponible officiellement le 29 mars au prix de 499 € (ou peut-être 449 €) avec le Blu-ray UHD de "Seul sur Mars", ou le Panasonic DMP-UB900 disponible début avril au prix indicatif de 899 €.

    Samsung UBD-K8500 : le premier lecteur Ultra HD Blu-ray du géant sud-coréen
    L'Ultra HD Blu-ray : nous y sommes !Un modèle d'entrée de gamme (sans être péjoratif) au design et connectique minimalistes, avec deux sorties HDMI 2.0a, une sortie Optique et un port Ethernet. Il est capable de lire les CD, DVD, Blu-ray (2D/3D) et Ultra HD Blu-ray avec HDR, Rec.2020 et YCbCr 4:2:0 10 bits. Il permet d’upscaler toute sorte de contenu 1080p en 2160p 24, 50 et 60 im/s comme un Blu-ray, un DVD ou une vidéo. Il propose l’accès à de nombreuses applications et services de VOD 4K.

    Panasonic DMP-UB900 : le premier lecteur Ultra HD Blu-ray du géant japonais
    L'Ultra HD Blu-ray : nous y sommes !Un modèle haut de gamme certifié THX 4K. Il possède deux sorties HDMI 2.0a avec technologies de réduction de jitter (gigue), intègre une sortie audio analogique 7.1 de qualité et contient un port USB 2.0, un port Ethernet Gigabit, une sortie Coaxial et au moins une sortie Optique (XLR et RCA à confirmer). Il est capable de lire les CD, DVD, Blu-ray (2D/3D) et Ultra HD Blu-ray avec
    HDR, Rec.2020 et YCbCr 4:2:0 10 bits. Il intègre la dernière puce de décodage vidéo 4K High-Precision Chroma dont les algorithmes sont capables d'upsampler le signal vidéo d’un Blu-ray ou d'un Ultra HD Blu-ray en 4:4:4 et 10 bits par couleur. On y retrouve plusieurs filtres d’amélioration de l’image, de réducteur de bruit et d'optimisation des vidéos en VOD. Sa construction est digne d’un appareil audiophile avec 5 DACs 192 khz / 32 bits et des composants audio de haute qualité.

    Quels téléviseurs pour en profiter pleinement ?

    Lors du CES 2016, l'Ultra HD Alliance, un consortium composé des plus grandes marques du marché dont Sony, Panasonic, Samsung, LG, Disney, 20th Century Fox ou encore Netflix, ont dévoilé la liste des caractéristiques minimales nécessaires pour bénéficier de la certification Ultra HD Premium. C'est seulement avec des téléviseurs possédant cette certification que vous pourrez profiter au mieux des Ultra HD Blu-ray.

    L'Ultra HD Blu-ray : nous y sommes !


    Pour bénéficier du logo Ultra HD Premium, les téléviseurs doivent disposer au minimum des caractéristiques suivantes :
    Définition : 3 840 x 2 160 px
    • Profondeur des couleurs : 10 bits (1 milliard de couleurs)
    Espace colorimétrique : 90 % de l'espace DCI-P3 et une entrée compatible avec l'espace BT.2020
    HDR : une luminosité de 1 000 cd/m² avec un noir de 0,05 cd/m² ou moins (les téléviseurs LCD), ou bien une luminosité de 540 cd/m² et un noir de 0,0005 cd/m² ou moins (les téléviseurs Oled)

    Avant de clôturer ce dossier, sachez qu'il est heureusement
    possible de visionner un Ultra HD Blu-ray sur des modèles UHD/4K de 2014 ou 2015 qui ne possèdent bien évidemment pas la certification Ultra HD Premium. Deux obligations pourtant, vérifier qu'il prend bien en compte la norme anticopie HDCP 2.2 et qu'il possède au moins une prise HDMI 2.0. Dans le cas contraire, l'Ultra HD Blu-ray ne pourra vous ouvrir ses portes !!!


    votre commentaire
  • Zoom sur la nouvelle dimension sonore en Home Cinéma

    Le Dolby Atmos

    Présenté au mois d'avril 2012 par Dolby Laboratories, le Dolby Atmos est à l'audio ce que l'Ultra HD est à la vidéo : il augmente la précision de la spatialisation. Alors qu'il s'est installé confortablement dans les salles obscures dernier cri avec plus d’une centaine de films déjà exploités dans ce format, voilà qu'il s'invite à domicile avec l'arrivée des premiers Blu-ray dotés de pistes Atmos et la disponibilité d'amplificateurs audio-vidéo compatibles avec le format. Une bonne occasion donc de faire le point sur le mode de fonctionnement du Dolby Atmos dans sa déclinaison HC.

    Comment ça marche ?

    Jusqu'à aujourd'hui, les pistes sonores mixées en 5.1 et 7.1 ne pouvaient reproduire qu'un son spatial limité à la gestion horizontal de l'espace, vers la gauche, la droite, vers l'avant ou vers l'arrière. La technologie Dolby Atmos consiste à installer des enceintes au-dessus du spectateur pour ajouter la gestion de la verticalité pour créer une authentique image acoustique 3D. Maintenant, le spectateur sera encore plus immergé dans le film qu'il regarde car les sons passant au-dessus de lui (comme des chants d’oiseaux, le passage d'un avion, le claquement des voiles ou la tombée de la pluie) seront reproduits bien plus fidèlement ! De plus, il n'y a plus de piste spécifique mais des « Objets sonores » qui vont, par exemple, intégrer dans leur description et via des metadata, leur position, leur trajet dans l'espace sonore et leurs variations de traitement.

    Le Dolby Atmos


    Quelles configurations ?

    Dans la pratique, les installations Home Cinéma vont pouvoir se décliner sous diverses configurations : 5.1.2, 5.1.4, 7.1.2, 7.1.4 et même 9.1.2. Les deux premiers chiffres correspondant aux configurations conventionnelles (5.1, 7.1, 9.1) et le dernier chiffre désignant le nombre d'enceintes situées au-dessus de celles existantes.

    Le Dolby Atmos    Une installation à 11 enceintes (7 au sol et 4 au plafond) + 1 canal LFE pour profiter du Dolby Atmos en 7.1.4

    Comment positionner les nouvelles enceintes ?

    Pour la déclinaison domestique du Dolby Atmos, Dolby Laboratories a prévu 2 possibilités pour l'ajout d'enceintes supplémentaires :
    1/ Positionner des enceintes classiques au plafond, orientées vers le bas, comme au cinéma.
    2/ Utiliser des enceintes spéciales à rayonnement indirect, à poser sur les enceintes au sol ou à fixer au mur. Sur ces enceintes, le cône du haut-parleur, au lieu de rayonner face à l’auditoire, est orienté vers le plafond, qui fait alors office de réflecteur. Grâce à l'emploi de DSP correcteurs développés par Dolby, l'efficacité serait similaire à la première option pour une mise en œuvre bien plus simple.

    Le Dolby Atmos


    Quel équipement faut-il ?

    --- Enceintes dédiées ---
    Si vous optez pour la 2nde possibilité, sachez qu'il existe pour le moment deux modèles d'enceintes compatibles Dolby Atmos® dédiées. Les Onkyo SKH-410 et les KEF R50.

    Le Dolby Atmos

    --- Ampli HC ---
    Du côté des amplificateurs audio-vidéo, les derniers modèles disponibles chez Onkyo (TX-NR636, TX-NR737, TX-NR838, TX-NR1030, TX-NR3030, PR-SC5530), Denon (4100W, 5200W, 7200W), Pioneer (SC-LX58, SC-LX78, SC-LX88), Yamaha (RX-A2040, RX-A3040) et Marantz (SR-7009, AV-7702, AV-8802) sont compatibles avec le format. Ils contiennent aussi des procédés de spatialisation, compatibles avec les flux audio multicanaux (PCM, Dolby et DTS), pour gérer les enceintes supplémentaires avec des bandes son « classiques » aussi bien Stéréo que 5.1 et 7.1. Il est donc possible de profiter de l'Atmos dès à présent sans forcément attendre des Blu-ray ou encore même des jeux-vidéo l'intégrant nativement.

    Le Dolby Atmos

    --- Lecteur BD ---
    Chose rare et donc appréciable, inutile de changer son lecteur Blu-ray puisque le Dolby Atmos est matérialisé au sein de la piste Dolby TrueHD. C'est ensuite l'amplificateur compatible (au minimum 7.1) qui va décoder les informations contenues dans la piste.

    Des Blu-ray Disc disponibles ?

    Il existe encore peu de Blu-ray contenant ces fameuses pistes (pour l'instant uniquement en VO) mais l'année 2015 devrait considérablement enrichir l'offre ("Gravity" et "Exodus" sont annoncés), avec surtout l'arrivée de VF (la réédition BD3D avec pistes Atmos de "Lucy"). Sont disponibles pour l'instant, les éditions suivantes :

    • "(The) Expendables 3" [Import US]
    • "Step Up All In" [Import US]
    • "Transformers : L'Âge de l'extinction"
    • "Teenage Mutant Ninja Turtles" [Import US]
    • "Overheard Trilogy" [Import HK]

    Le Dolby Atmos Le Dolby Atmos Le Dolby Atmos Le Dolby Atmos Le Dolby Atmos


    Et ça marche vraiment ?

    Après plusieurs semaines d'utilisation en config. 7.1.2 (ampli HC Onkyo TX-NR1030 et enceintes dédiées Atmos Onkyo SKH-410) je peux vous dire que je ne pense que du bien du Dolby Atmos, en tout cas maintenant j'aurai du mal à revenir en arrière. L'immersion sonore est bien plus importante grâce à un effet bulle assez stupéfiant. Le fait d'ajouter la verticalité du son fait clairement entrer dans une nouvelle dimension acoustique. Et puis les ambiances/effets sont mieux localisés dans l'espace, ils ne semblent plus sortir d'une enceinte mais bien provenir de n'importe quel petit recoin du salon. C'est assez bluffant je dois dire et même sur les pistes non Atmos car l'ampli, grâce à un ingénieux procédé de spatialisation (nommé Dolby Surround comme à la grande époque), gère la localisation des "objets sonores" et les enceintes supplémentaires presque aussi bien. Autre point marquant, les basses sont bien plus impressionnantes qu'avant, plus physiques et jamais brouillonnes.

    Quels Blu-ray pour profiter au mieux du procédé de spatialisation Dolby Surround ?

    • "Act of Valor" [VO DTS-HD MA 5.1] :
    Toutes les scènes guerrières (les chutes de douilles et les retombées des déflagrations)
    • "Aliens" [VO DTS-HD MA 5.1] :
    L'attaque du nid (les Xénomorphes sortent de partout et surtout du plafond)
    • "Armageddon" [VO DTS-HD MA 5.1] :
    L'approche catastrophe de l'astéroïde (les débris à l'intérieur de la 1ere navette lors de son crash)
    • "Black Storm" [VO DTS-HD MA 5.1] :
    La série d'orages violents et de grosses tornades (le vent qui tourbillonne)
    • "Doomsday" [VO DTS-HD MA 5.1] :
    La scène où Bill Nelson vient chercher en voiture Eden Sinclair (l'averse de pluie), l'attaque des blindés (les lancées de Cocktails Molotov) et la course-poursuite finale (le score prend de la hauteur)
    • "Edge of Tomorrow" [VO et VF DTS-HD MA 7.1] :
    Les scènes du débarquement (le crash d'un aéronef)
    • "Gravity" [VO et VF DTS-HD MA 5.1] :
    Les passages du point de vue de l'héroïne (la respiration) et l'explosion de l'I.S.S (les projections de débris)
    • "Il faut sauver le soldat Ryan" [VO DTS-HD MA 5.1] :
    Le débarquement (un déluge de balles)
    • "Le Seigneur des anneaux : Le Retour du roi" [VO DTS-HD MA 6.1] :
    La rencontre avec l'armée des morts à Dunharrow (la résonance des voix des morts)
    • "Oblivion" [VO DTS-HD MA 7.1 et VF DTS-HD HR 7.1] :
    L'attaque dans le repaire des « chacals » (la localisation sidérante des Drones)
    • "Pacific Rim" [VF DTS-HD MA 7.1] :
    Tous les affrontements Jaegers/Kaijus (les fracas métalliques, la pluie et les vagues submersibles)
    • "Pearl Harbor" [VO PCM 5.1] :
    L'attaque aérienne japonaise (les P Zéro qui passent au-dessus de nos têtes)
    • "Pompéi" [VO et VF DTS-HD MA 5.1] :
    L'explosion du Vésuve (les chutes de pierre)
    • "Tron l'héritage" [VO DTS-HD MA 7.1 et VF DTS-HD HR 7.1] :
    La scène dans la Grille (le feu d'artifice et les motos qui passent au-dessus des autres)
    • "Master and Commander : De l'autre côté du monde" [VO DTS-HD MA 5.1] :
    Toutes les scènes se déroulant à l'intérieur du navire (les craquements de la coque et le claquement des vagues)
    • "Prometheus" [VO DTS-HD MA 7.1] :
    La tempête (les projections de particules de silice)
    • "Sherlock Holmes : Jeu d'ombres" [VO DTS-HD MA 5.1] :
    La fuite dans la forêt allemande (les coups de mortiers et les exagérations du mixage lors du passage en slow motion)
    • "The Amazing Spider-Man : Le destin d'un héros" [VF DTS-HD MA 5.1] :
    L'affrontement dans la centrale électrique (il y a de l'électricité dans l'air !)
    • "Top Gun" [VO DTS-HD MA 6.1] :
    La dernière scène aérienne (les passages rapides des F-14)
    • "Transformers 3 - La Face cachée de la Lune" [VO Dolby TrueHD 7.1] :
    L'attaque de Chicago (les marines en chute libre et les déflagrations multiples)

    L'aventure Dolby Atmos ne fait que commencer ... 


    107 commentaires
  • Samsung UE40 S870 Comme beaucoup de monde vous souhaitez investir dans un écran plat HD, mais vous  hésitez entre un écran LCD (CCFL ou LED) et un écran Plasma. Voici donc un dossier qui devrait vous aider à choisir en toute connaissance de cause la technologie adaptée à vos envies et à vos besoins.

    Différence de technologie:

    L'écran LCD (Liquid Cristal Display) filtre la lumière. Il est composé de deux plaques parallèles transparentes. Une fine couche de cristaux liquides est coincée entre ces plaques. Ces cristaux s'orientent lorsqu'ils sont traversés par du courant électrique pour ensuite produire des pixels.

    L'écran plasma renferme un gaz (argon et xénon). Excité par le courant électrique, le gaz contenu dans les cellules de l'écran (les pixels) produit un rayonnement lumineux qui est ensuite converti pour permettre d'obtenir 16 millions de couleurs.

    Différence de taille:

    Sur les petites tailles d'écran (15 à 36 pouces), seule la technologie LCD existe. Entre 37 et 50 pouces, les deux technologies sont disponibles. Au-delà de 50 pouces, on ne trouve que des écrans Plasma. La technologie HD (Haute Définition) permet aujourd'hui de regarder un écran large même de très près. Attention, prévoyez quand même une distance de 5 fois la diagonale de l'écran entre lui et vous pour ne pas fatiguer vos yeux.

    Durée de vie et consommation électrique:

    Entre 50 000 et 60 000 heures pour un LCD classique. Entre 30 000 et 50 000 heures pour un Plasma. Soit environ 6 heures par jour pendant 14 ans pour les deux. La technologie Plasma consomme plus d'énergie (jusqu'à 30% de plus) à l'allumage des pixels de l'écran par rapport aux écrans LCD (lampes à haut rendement).

    Différence de prix:

    L'écran Plasma est globalement plus cher que l'écran LCD (pour une taille équivalente).

    Différence dans la restitution des images:

    Avantages du Plasma: Les noirs sont plus profonds(grande amélioration sur ce point avec les LCD à rétro-éclairage LED), les couleurs sont plus naturelles (excellent dégradé), il n'est pas touché par les « pixels morts » (en noir ou blanc sur les écrans LCD), l'enchaînement des images est légèrement plus fluide et l'angle de vue est plus important.

    Avantages du LCD: Les couleurs sont plus vives, la luminosité est plus importante, les images sont plus piquées et plus détaillées, il n'est pas touché par le marquage des écrans Plasma (effet fantôme qui reste marqué à l'écran suite à une image statique), il ne faut pas le roder et ses performances ne sont pas altérées par l'altitude (à partir de 2000 mètres d'altitude, le pression du gaz contenu dans chaque pixel de l'écran plasma force l'écran à travailler plus pour rafraîchir ces éléments, en conséquence la durée de vie est raccourcie et le niveau de bruit occasionné par les ventilateurs est plus important).

    Différences entre un LCD CCFL et un LCD LED (appelé LED TV):

    Les LED TV (Light Emitting Diode TV) sont identiques aux téléviseurs LCD, à l'exception du rétro-éclairage. L'écran reste donc le même, mais des LED sont utilisées à la place des lampes fluorescentes à cathode froide (CCFL) que l'on trouve dans les autres téléviseurs LCD. Les LED TV sont beaucoup plus fines (surtout avec la technologie « Edge LED » qui est la plus répandue).

    Les différences entre les deux technologies de rétro-éclairage sont bien visibles à l'utilisation. Avec les LED TV les noirs sont plus profonds (très proches du Plasma) et le contraste est augmenté (en moyenne 3 000 000:1 contre 100 000:1 pour un LCD CCFL). Les couleurs sont aussi plus riches.

    Les LED TV ont une plus grande durée de vie (100 000h) que les écrans LCD classique. Elles offrent également une économie d'énergie de 40% par rapport à son concurrent. Elles restent néanmoins un peu plus chères que les LCD CCFL.

    Il existe plusieurs types de rétro-éclairage à LED:

    > Le « Edge LED », où des LED blanches se situent autour de la dalle LCD et donc dans les bords du cadre. L'épaisseur du téléviseur permet de descendre sous les 3 cm (aux alentours de 8mm pour les dernières Samsung).

    > Le « Edge LED » avec Local-Dimming. Les LED blanches sont situées sur des rampes positionnées en bas de plusieurs plaques photoconductrices découpées en différentes zones. Chaque zone peut être gérée indépendamment des autres. La luminosité est donc plus homogène et le contraste est optimisé.

    > Le « Full LED ». Les LED blanches sont disposées sur l'ensemble du panneau rétroéclairant. La source lumineuse éclaire directement la dalle. Le nombre de LED est plus important que sur la technologie "LED Edge". L'uniformité de la luminosité et le contraste sont encore meilleurs puisque la lumière est retransmise directement.

    > Le « Full LED » avec Local-Diming. Ce système de rétroéclairage présente les mêmes avantages que le Full LED simple, auquel s'ajoute la possibilité de traiter la luminosité des LED par zone. Ceci permet d'éclairer avec différentes luminosités une même image. Cela permet d'augmenter encore le taux de contraste.

    > Le « Full LED RVB ». Similaire au Full LED, il utilise des LED RVB (rouge, verte et bleue) à la place des LED blanches. Il cumule donc les avantages d'augmentation de contraste et d'avoir une meilleur précision dans la gestion des couleurs affichées.

    Quel écran est fait pour vous ?Samsung-PS50C687.jpg

    Si vous recherchez un écran plat supérieur à 50 pouces (taille de la diagonale), seul le Plasma est disponible.

    Si vous cherchez un écran plat inférieur à 36 pouces, seul le LCD est disponible.

    Par contre, entre 36 pouces et 50 pouces vous avez le choix.
         Si vous recherchez un joli design et un téléviseur très mince, vous vous dirigerez vers un LCD (plus particulièrement vers une LED TV).
         Si vous êtes un Gamer pur et dur, l'écran LCD est le choix le plus judicieux car il n'est pas touché par les brûlures du Plasma. Vérifiez néanmoins que le temps de réponse des pixels soit le plus bas possible.
         Si vous regardez la télévision essentiellement en pleine journée dans une pièce très éclairée, l'écran LCD est fait pour vous grâce à ses couleurs vives et à son rétro-éclairage plus puissant.
         Si vous êtes fans de films et que vous avez une pièce sombre, l'écran Plasma est tout désigné grâce à son rendu très proche de l'expérience cinéma.

    A vous maintenant de faire votre choix.


    3 commentaires
  • Comment ça marche ?

    L'affichage des images en 3D repose sur le principe de la stéréoscopie. Au lieu d'afficher une seule image pour les 2 yeux, on projette une image séparée pour chaque œil du spectateur. La technologie employée pour séparer les images et les projeter aux yeux détermine la qualité d'image et le rendu de la 3D. Les fabricants de téléviseurs proposent désormais des écrans plats capables d'afficher des images (Blu-ray, programme télé, jeu vidéo, etc.) avec un effet de profondeur appelé communément 3D.

    Quel équipement?

    Pour profiter des programmes en 3D, c'est chaque élément séparé de l'équipement TV qui doit être compatible 3D. Tout d'abord, le téléviseur doit être compatible 3D. La mention 3D Ready s'applique aux écrans capables d'afficher des images en 3D. Il doit être complété par une paire de lunettes actives par spectateur, synchronisée à l'écran. Enfin, le téléviseur doit être relié à une ou plusieurs sources 3D pour afficher des images avec un effet de profondeur : lecteur Blu-ray 3D, console de jeu ou PC 3D.

    Samsung BD-C5900

    Quelle connectique ?

    Pour bénéficier des divertissements en 3D, une connectique adaptée est nécessaire. La norme HDMI 1.4 est compatible avec les flux 3D. Les câbles HDMI de versions inférieures (1.1, 1.2, 1.3) ne peuvent donc pas être utilisés pour relier un écran plat 3D et un lecteur Blu-ray 3D. Cette évolution de la norme Haute Définition permet de véhiculer des images en Full HD avec suffisamment de bande passante pour gérer l'affichage stéréoscopique. En effet, une image HD en 3D représente un volume de données presque deux fois plus important qu'une image HD classique.

    HDMI-1.4-3D.jpg

    Quelle technologie 3D sur écran ?

    > LCD:

    La technologie d'affichage 3D est présente sur un certain nombre de modèles de téléviseurs LCD et plasma. Sur LCD, Samsung a été un des pionniers à proposer des écrans (généralement LED) compatibles avec la 3D. Il a mis au point le processeur de traitement vidéo Hyper Real Engine, qui optimise le contraste, les couleurs et le rétroéclairage pour les programmes en 3D. En effet, pour afficher les images 3D de façon fluide, les écrans doivent bénéficier des meilleures technologies actuelles de traitement de l'image : taux de rafraîchissement élevé, amélioration de la fluidité des mouvements, diminution de la rémanence. Les écrans capables d'afficher des images en 3D bénéficient de caractéristiques (100 Hz et plus, rétroéclairage LED, traitement vidéo…) qui en font des écrans LCD 2D haut de gamme.

    TV-3D-Samsung.jpg
    > Plasma:

    Les écrans à technologie plasma fonctionnent selon un principe différent des écrans LCD : dépourvus de rétroéclairage, ils sont par ailleurs très peu sujets au phénomène de rémanence. Cette réactivité permet une netteté adaptée à l'affichage d'images 3D en mouvement. La diffusion en 3D nécessite des images lumineuses, nettes sans effet terne risquant de fatiguer les yeux. Certains fabricants comme Panasonic affirment parvenir à éliminer le phénomène d'écho magnétique. Celui-ci se produit lorsque l'image perçue par l'œil gauche et celle perçue par l'œil droit ne sont pas parfaitement séparées et se chevauchent. La technologie utilisée, Crosstalk Reduction, utilise des composants optimisés pour la 3D, des phosphores à effet de rémanence réduit qui bénéficient d'un meilleur contrôle de la luminance.

    Quelles lunettes 3D ?

    > Passives:

    Plus récentes que les lunettes anaglyphes, les lunettes passives permettent un meilleur rendu 3D. Elles sont utilisées dans de nombreuses salles de cinéma projetant des films en 3D. Elles ne nécessitent pas de piles. On les appelle aussi lunettes polarisantes. L'image affichée sur l'écran est en fait constituée de deux images tramées. Une ligne sur deux est donc destinée à un oeil pendant que l'autre ligne est destinée à l'autre oeil. Pour chaque ligne de l'écran, la lumière émise est polarisée de manière inverse à la ligne précédente. Ainsi, les lunettes ne laissent passer sur chaque oeil qu'une ligne sur deux. Avec les lunettes passives, chaque image affichée à l'écran est constituée à la fois de l'image destinée à l'oeil droit et de l'image destinée à l'oeil gauche. Contrairement aux lunettes actives, les lunettes passives sont incapables d'afficher de la "3D FULLD HD" puisque les 1080 lignes sont divisées entre chaque œil (540), mais elles sont moins fatigantes pour les yeux. Ce système a été retenu pour la norme Blu-ray 3D.

    Lunettes-3D-Samsung.jpg

    > Actives:

    Les lunettes actives aussi appelées lunettes à obturateur (shutter), embarquant des piles sont utilisées par certaines salles de cinéma 3D et par les téléviseurs 3D de salon. Les lunettes sont synchronisées avec le téléviseur ou l'écran de projection, et chaque verre se ferme et s'ouvre alternativement, jusqu'à plusieurs centaines de fois par seconde (100 fois par seconde sur un téléviseur 100Hz). Le cerveau n'a plus qu'à associer les deux images capturées sur des points de vue différents pour recréer l'effet 3D. Les verres sont plus sombres que les lunettes passives et anaglyphes, mais elles permettent un meilleur rendu des images 3D. Ce système a été retenu pour la norme Blu-ray 3D.

    Quels sources, contenus et programmes en 3D ?

    > Blu-ray Disc
    :
    La norme Blu-ray 3D est actuellement la meilleure source disponible pour regarder des films en Haute Définition et en 3D, à domicile. Concrètement, un film Blu-ray nécessite un espace de stockage environ 1,5 plus grand qu'un film en HD 1080p classique. Le procédé utilisé pour compresser les 2 flux vidéo 1080p nécessaires à la stéréoscopie sur disque Blu-ray est le MVC  (Multiview Video Coding). MVC est une extension du codec AVC (H264).

    logobluray3D

    > Programmes TV:

    Certains bouquets du satellite ou du câble proposent des chaînes de télévision dédiées à la 3D : Canal+ 3D, Orange 3D, TF1 3D… Le nombre de programmes en 3D native (tournés avec des caméras numériques 3D) est pour l'instant limité aux grands évènements sportifs (Roland Garros, Coupe du monde du Rugby ou de Football…) et à quelques long-métrages à grand spectacle.

    > Jeux Vidéo:

    Le jeu vidéo PC ou sur console de salon constitue une excellent source d'image pour les téléviseurs 3D. En reliant un PC portable ou fixe labellisé 3D (doté d'une carte graphique compatible 3D Vision) à un téléviseur 3D, on peut jouer avec un effet de profondeur sur la plupart des jeux vidéo PC récents. Du côté des consoles de jeux, seule la PS3 de Sony est compatible avec la 3D. Cette console est capable, grâce à une mise à jour de son firmware, de lire des films Blu-ray 3D et d'afficher certains jeux de son catalogue en 3D, connectée à un téléviseur 3D.

    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique