• [Test 4K Ultra HD] Jurassic World : Fallen Kingdom

    [Test 4K Ultra HD] Jurassic World : Fallen KingdomNationalité : Américain
    Genre : Science-fiction, Aventure, Action
    Année : 2018
    Durée : 128 min
    Réalisateur : Juan Antonio Bayona
    Acteurs : Chris Pratt, Bryce Dallas Howard, Rafe Spall, Justice Smith, Daniella Pineda, James Cromwell, Jeff Goldblum

    Compositeur : Michael Giacchino

    Provenance : France

    Éditeur : Universal Pictures
    Date de sortie :09 octobre 2018
    Format vidéo : 3840x2160 / 24p - Dolby Vision / BT.2020 - YCbCr 4:2:0 / 12 bit - Encodage HEVC - Format 2.39 - 2K DI
    Bande-son : Anglais DTS:X (core DTS-HD MA 7.1), Français DTS-HD HR 7.1
    Sous-titres : Anglais, Français



    Trois ans après que le parc Jurassic World eut été ravagé par l’ensemble des dinosaures du parc, et surtout par l’Indominus-Rex créé par les laboratoires Ingen, l’île d’Isla Nublar à l’abandon est en proie au réveil de son volcan qui s’apprête à détruire l’île. Se pose alors la question de sauver ou pas les dinosaures restants au nom de la protection des espèces. Claire, l’ancienne responsable du parc et Owen, le spécialiste des raptors, veulent à tout prix les sauver. Une société issue de la collaboration entre feu John Hammond et un autre créateur originel de Jurassic Park, leur propose d’évacuer les dinosaures sur place en montant une expédition de sauvetage vers un sanctuaire. Mais arrivés sur place, Claire et Owen découvrent que les buts de la multinationale qui finance l’expédition sont tout autre que la préservation des espèces, en voulant vendre pour des fins inavouables aux plus offrants les dinosaures...



    [Test 4K Ultra HD] Jurassic World : Fallen KingdomComme d’habitude avec un film issu de la franchise Jurassic Park puis Jurassic World, vous vous direz qu’il n’y aura rien de nouveau à découvrir un nouvel opus avec son lot de monstres et de morts brutales et sanglantes. Oui, mais tous les films où les dinosaures apparaissent depuis 1993 vous donnent toujours ce sentiment qu’on va se prendre une bonne tranche de frissons, d’action et d’aventures rocambolesques. Et c’est effectivement le cas avec ce nouvel opus Jurassic World : Fallen Kingdom qui est un divertissement convaincant et pas si innocent que ça dans son scénario. En effet, dans son incurable et incompréhensible volonté de soumettre la nature à sa botte (clonage sans éthique, détournement de la nature à des fins militaires, utilisation à des fins agricoles (sic), ou même à des fins personnelles comme quand on achète un chien, etc.), l’homme se fourvoie encore une fois à vouloir la dominer et surtout à lui donner une valeur marchande. Mais dans son immense sagesse due à des millions d’années d’évolution, elle finit par toujours se révolter et rendre la monnaie de sa pièce à des hommes veules, brutaux et totalement dénués de la moindre empathie. Et c’est là qu’on se réjouit de façon un peu perverse, je l’avoue, du sort qui est réservé aux méchants du film qui ne peuvent que finir en hamburger. Donc, vous ne serez pas surpris par le côté survival débridé du film, mais les scènes d’action, de destruction de la nature qui montre toute sa puissance et les frissons qui vous parcourront l’échine à la découverte des créations monstrueuses dues à l’homme, vous feront vibrer à de nombreux moments. Puis, au-delà du message écolo sur la préservation des espèces présentes dans le film quel que soit leur origine, la fin du film assez culottée dans son twist (à vous de le découvrir) permet de se projeter pour un prochain opus qui devrait peut-être réserver encore des surprises. Le casting est toujours aussi sympa en tout cas, Chris Pratt et Bryce Dallas Howard en tête, et le reste du casting se la joue décontracté, cabotineur ou très premier degré pour notre plus grand plaisir. Ah oui, j’oubliais que si vous avez des enfants un peu dissipés, dites-leur bien d’aller se coucher de bonne heure tous les soirs et de se réfugier sous leur couette, car un Indoraptor pourrait bien toquer à leur porte pour venir les border (lol). Slurp !!!




    [Test 4K Ultra HD] Jurassic World : Fallen Kingdom(Test réalisé sur un écran 2160p non compatible HDR)
    L’image est la plupart du temps somptueuse, que ce soit sur les scènes de jour à la luminosité splendide et aux scènes de nuit aux noirs d’encre. Seulement, c’est là que le bât blesse, c’est qu’une grande partie du film se passe dans l’obscurité, et malheureusement, c’est vraiment trop sombre par moment. La définition est en tout cas au taquet pour profiter de chaque détail. Effets spéciaux hyper-réalistes comme jamais vus, un vrai plaisir.



    [Test 4K Ultra HD] Jurassic World : Fallen Kingdom(Test effectué en VO 5.1 DTS-HD Master Audio sous-titrée français)
    Une activité non-stop sur tous les canaux, entre explosions, cris des dinosaures, cris des protagonistes, c’est ultra-réjouissant. On sent les pas lourds des dinosaures et leur puissance vont vous faire sursauter à de nombreux moments.

    ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
    Matériel de test
    Diffuseur vidéo : Samsung UE65HU7500 Source : Sony UBP-X800
    Amplification : Yamaha RX-A3020 
    Enceintes : Pioneer S-C80, S-H810V, S-F80, S-W250 (5.1)
    ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
    Rédacteur

    [UHD Blu-ray] Warcraft : Le commencement
    jedi poodou


  • [Test 4K Ultra HD] Pierre Lapin

    [Test 4K Ultra HD] Pierre LapinTitre original : Peter Rabbit
    Nationalité : Américain, Britannique, Australien

    Genre : Comédie, Aventure
    Année : 2018
    Durée : 95 min
    Réalisateur : Will Gluck
    Acteurs : Domhnall Gleeson, Rose Byrne, Sam Neill, Tom Greaves, Marianne Jean-Baptiste
    Doubleurs :  James Corden, Margot Robbie, Elisabeth Debicki, Daisy Ridley (VO)
    Compositeur : Dominic Lewis

    Provenance : France

    Éditeur : Sony Pictures
    Date de sortie : 08 août 2018
    Format vidéo : 3840x2160 / 24p - HDR10 / BT.2020 - YCbCr 4:2:0 / 10 bit - Encodage HEVC - Format 2.39 - 2K DI
    Bande-son : Anglais Dolby Atmos (core Dolby TrueHD 7.1), Français DTS-HD MA 5.1
    Sous-titres : Anglais, Français



    Dans une campagne anglaise verdoyante et rêvée près de Londres, Pierre Lapin vit avec ses congénères et les différents animaux présents sur place, une vie faite d’insouciance et surtout de convoitises des légumes du jardin de la maison d’à côté d’un certain McGreggor, qui ne supporte pas ces animaux nuisibles pour lui. Jusqu’au jour où le vieil homme meurt brutalement en voulant attraper le dit lapin. C’est alors qu’un héritier inattendu de la maison arrive sans crier gare. Commence alors pour Pierre Lapin et ses compères un petit jeu consistant à faire fuir le nouveau propriétaire coûte que coûte et par tous les moyens...



    [Test 4K Ultra HD] Pierre LapinDans la même veine que Paddington et Paddington 2, que voilà une comédie réjouissante et pleine de malice qui plaira j’en suis sûr aussi bien aux grands enfants (que je reste, je l’avoue, lol) qu’aux petits enfants. Dans une campagne anglaise rêvée à en vouloir déménager (en fait, ça a été tourné en Australie, lol), le farceur Pierre Lapin et ses compères vont vous faire dérider vos zygomatiques à de nombreuses reprises, avec leur imagination débordante pour prendre d’assaut un jardin plein de légumes. C’est plein d’humour, de bons sentiments, de moments de franches rigolades et empreint d’une certaine légèreté que seul les anglais savent parfois insuffler à leurs films. Un joli moment de détente avec des acteurs, dont un très drôle Domhnall Gleeson en exterminateur maladroit de lapins, et une très séduisante Rose Byrne, qui s’amusent de ces péripéties animalières avec jubilation, le tout couplé à des effets spéciaux magnifiques et très réalistes qui ne peuvent que faire aimer ces petits lapins trop trognons (j’avoue que j’aime bien le lapin à la moutarde aussi, lol).




    [Test 4K Ultra HD] Pierre Lapin(Test réalisé sur un écran 2160p non compatible HDR)

    Bah, j’ai beau chercher, je ne vois pas comment je peux critiquer cette image super bien définie, aux couleurs acidulées et saturées de très belle manière (ah, ces verts de la campagne à vouloir se jeter dans l’herbe !), et aux effets spéciaux très bien intégrés où on peut distinguer chaque poil de lapin.



    [Test 4K Ultra HD] Pierre Lapin(Test effectué en VF 5.1 DTS-HD Master Audio)

    Une piste réjouissante et pleine de malice à l’instar des lapins farceurs, des effets multicanaux bien présents quand il le faut, et une musique assez éclectique pour vous réveiller.

    ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
    Matériel de test
    Diffuseur vidéo : Samsung UE65HU7500 Source : Sony UBP-X800
    Amplification : Yamaha RX-A3020 
    Enceintes : Pioneer S-C80, S-H810V, S-F80, S-W250 (5.1)
    ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
    Rédacteur

    [UHD Blu-ray] Warcraft : Le commencement
    jedi poodou


  • [Test Blu-ray] Aladdin

    [Test Blu-ray] AladdinNationalité : Américain
    Genre : Dessin animé
    Année : 1992
    Durée : 90 min
    Réalisateurs : Ron Clements, John Musker
    Doubleurs : Robin Williams (Le Génie), Scott Weinger (Aladdin), Jonathan Freeman (Jafar), Gilbert Gottfried (Iago), Linda Larkin (Jasmine) (VO)
    Compositeur : Alan Menken

    Provenance : France
    Éditeur : Walt Disney
    Date de sortie : 15 mai 2013
    Format vidéo : 1920x1080 / 24p - SDR / BT.709 - YCbCr 4:2:0 / 8 bit - Encodage AVC - Format 1.85
    Bande-son : Anglais DTS-HD MA 5.1, Français DTS-HD HR 5.1
    Sous-titres : Anglais, Français




    Dans un royaume au pays des mille et une nuits, Aladdin est un jeune garçon menant une vie insouciante de gamin des rues vivant de quelques rapines au jour le jour. Jusqu’au jour où il récupère après quelques péripéties une lampe magique contenant un génie qui peut exaucer tous ses vœux. Pris entre le désir de réaliser ses rêves, sa rencontre avec une princesse mystérieuse et un affrontement avec le vizir du Sultan, un sorcier très puissant qui convoite la lampe magique, sa vie prend des orientations inattendues qui vont changer son destin...




    [Test Blu-ray] AladdinCe grand classique Disney, s’il a pris quelques rides au niveau des dessins qui paraissent presque naïfs par rapport aux dernières production Disney / Pixar, est pourtant un aimable divertissement assez rythmé et surtout inédit dans un monde imaginaire arabo-musulman pour l’époque. Bien sûr, tout ceci est très formaté pour ne choquer personne, avec son lot de gentils personnages, de méchants comme les affectionne Disney et de gags en cascade pour soutenir le rythme. Bien évidemment, la musique tient une place importante dans ce dessin animé, avec des chansons qui sont devenues célèbres à l’instar de Ce rêve bleu qui vous restera dans les esgourdes comme  Libérée, délivrée  (oh purée, le con, ça y est, je vais avoir ça en tête pendant une semaine, lol). Mais si vous voyez ce film en VO, c’est surtout pour la performance du regretté Robin Williams qui joue le rôle du génie qu’il faut le voir, avec une prestation déchaînée et ébouriffante, même si mon anglais est un peu rouillé pour en saisir toutes les subtilités.



    [Test Blu-ray] Aladdin(Test réalisé sur un écran 2160p)
    Une image magnifique, pratiquement sans défaut. Les couleurs saturées et acidulées pètent de santé, la définition est excellente, la fluidité sur les dessins parfaite et la luminosité vous en met plein les mirettes. C’est très beau. À noter que mon antédiluvienne console PS3 âgée de 12 ans s’en est sortie de façon remarquable pour délivrer une image encore au top bonifiée par l’upscalling 4K de mon ampli Yamaha.




    [Test Blu-ray] Aladdin(Test effectué en VO 5.1 DTS sous-titrée français)
    La piste s’en donne à cœur joie régulièrement, entre les délires du génie, quelques séquences d’effets multicanaux bien sentis, et les voix caverneuses puissantes du méchant ou du Lion gardien du sanctuaire des sables. Une belle puissance, même si je n’ai pas pu profiter du flux audio HD de la VO à cause de ma console PS3 trop ancienne pour envoyer ce type de flux même en bitstream.


    ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
    Matériel de test
    Diffuseur vidéo : Samsung UE65HU7500 Source : Sony PS3 Fat 40 go
    Amplification : Yamaha RX-A3020 
    Enceintes : Pioneer S-C80, S-H810V, S-F80, S-W250 (5.1)
    ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
    Rédacteur

    [UHD Blu-ray] Warcraft : Le commencement
    jedi poodou


  • [Test Blu-ray] Phil Collins - Live at Montreux 2004

    [Test Blu-ray] Phil Collins - Live at Montreux 2004Nationalité : Britannique
    Genre : Concert pop rock
    Année : 2004
    Durée : 137 min
    Réalisateur : Claude Nobs
    Formation : Phil Collins (Vocal, Batterie) et son big band
    Compositeur : Phil Collins

    Provenance : France
    Éditeur : Eagle Vision
    Date de sortie : 27 mars 2012
    Format vidéo : 
    1920x1080 / 50i - SDR / BT.709 - YCbCr 4:2:0 / 8 bit - Encodage AVC - Format 1.78
    Bande-son : Anglais DTS-HD MA 5.1, Anglais Dolby Digital 5.1, 
    Anglais PCM 2.0
    Sous-titres : Aucun



    Après une tournée marathon initiée à partir de 2003, Phil Collins s’arrête à Montreux en Suisse pour son dernier concert dans le cadre du prestigieux « Montreux Jazz Festival ». Un moment parfait pour égrener les plus grands moments musicaux de sa carrière.



    [Test Blu-ray] Phil Collins, Live at Montreux 2004Phil Collins est, je ne vous le cacherai pas, un des artistes qui m’a le plus accompagné depuis que j’écoute de la musique. Je l’aime tout simplement pour sa contribution à la pop rock, et je possède presque toute la discographie de cet immense artiste que j’ai aussi bien apprécié dans sa carrière solo que quand il faisait partie de Genesis (un groupe aussi que j’adore). Dans ce concert plein de vie, un Phil Collins un peu fatigué par sa tournée mondiale (ça se ressent au début du concert), finit par se donner corps et âmes en enchaînant de façon convaincante tous ses plus grands tubes qui ont affolé les charts mondiaux. C’est toujours un plaisir de les réécouter et si vous aimez la musique qui vous reste en mémoire pour longtemps, alors Phil Collins fait partie de ces artistes qu’on ne peut pas oublier. À noter que ce Blu-ray comprend 2 concerts, le présent de 2004 et en bonus un concert de 1996 dans le cadre de ce même « Montreux Jazz Festival ». Un grand moment pour tout fan qui se respecte, et puis quel batteur ce Phil (ce qui lui a d’ailleurs occasionné quelques ennuis de santé, eh oui, c’est physique la batterie).



    [Test Blu-ray] Phil Collins, Live at Montreux 2004(Test réalisé sur un écran 2160p)

    L’ambiance un peu vaporeuse et bruitée n’entache pas la qualité correcte de cette captation. Ça aurait pu être meilleur, mais quand on aime Phil Collins, on ne compte pas.



    [Test Blu-ray] Phil Collins, Live at Montreux 2004(Test effectué en VO 5.1 DTS-HD Master Audio)
    Une belle immersion avec la voix si caractéristique de Phil Collins, accompagnée d’un big band puissant avec de très belles voix. Présence de la foule sur tous les canaux agréable.

    ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
    Matériel de test
    Diffuseur vidéo : Samsung UE65HU7500 Source : Yamaha BDP-S1067
    Amplification : Yamaha RX-A3020 Enceintes : Pioneer S-C80, S-H810V, S-F80, S-W250 (5.1)

    ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
    Rédacteur
    [UHD Blu-ray] Warcraft : Le commencement
    jedi poodou


  • [Test 4K Ultra HD] The Punisher

    [Test 4K Ultra HD] The PunisherNationalité : Américain, Allemand
    Genre : Action
    Année : 2004
    Durée : 123 min
    Réalisateur : Jonathan Hensleigh
    Acteurs : Thomas Jane, John Travolta, Rebecca Romijn, Will Patton, Eddie Jemison, Ben Foster
    Compositeur : Carlo Siliotto

    Provenance : États-Unis
    Éditeur : Lionsgate Films
    Date de sortie : 25 septembre 2018
    Format vidéo : 3840x2160 / 24p - Dolby Vision / BT.2020 - YCbCr 4:2:0 / 12 bit - Encodage HEVC - Format 2.35 - 4K DI
    Luminance HDR : Adaptée aux caractéristiques techniques spécifiques du dispositif d'affichage utilisé
    Bande-son : Anglais Dolby Atmos (core Dolby TrueHD 7.1), Français (VFQ) Dolby Digital 5.1
    Sous-titres : Anglais, Anglais pour malentendants



    Ancien membre de la Delta Force, puis agent spécial au FBI, Frank Castle s’apprête à se retirer pour mener une existence paisible auprès de sa femme et de son jeune fils. Lors de son ultime mission, les choses tournent mal et le fils de Howard Saint, puissant businessman et magnat de la pègre, est tué. Ivre de vengeance, Saint organise le massacre de Frank et de toute sa famille. Mais ce dernier survit. Désormais, il n’a plus qu’un but : faire payer le coupable à hauteur de son crime...


     

    [Test 4K Ultra HD] The PunisherPas mauvais mais ne transcendant en rien son sujet (loin du matériau de base d'ailleurs), The Punisher est un vigilante movie à l'ancienne (les cascades sont réelles et il n'y a pas de CGI) où l'action se déchaîne à intervalle régulier. Et si de sympathiques trouvailles (l'assassin chantant ou encore l'utilisation inhabituelle d'une glace) viennent contrebalancer l'absence d'une vraie violence graphique (c'est assez inoffensif en l'état), cette croisade pas si sanglante manque clairement d'ampleur. Cependant, elle reste suffisamment brutale et divertissante pour que l'on ne s'ennuie pas en compagnie de ses deux têtes d'affiche.

     

    [Test 4K Ultra HD] The Punisher(Condition de test : Écran OLED 2160p en mode image Dolby Vision Accueil cinéma)
    Plus net et délivrant des détails beaucoup plus raffinés (cf. la précision accrue des arrière-plans) malgré la noirceur ambiante, ce transfert UHD se démarque aussi de son homologue HD par l'apport du combo HDR/WCG. La palette colorimétrique est plus riche et saturée
    (la Corvette jaune, le sang rouge, les teintes bleues), les contrastes sont plus travaillés (la tridimensionnalité des plans est plus marquée), les noirs sont plus nuancés mais tout aussi profonds (les scènes sombres sont plus lisibles), et les sources lumineuses paraissent prendre vie (la lumière du jour, les éclairages des appartements miteux, les reflets sur la Pontiac GTO). L'amélioration est donc notable mais ce n'est pas pour autant un disque de démonstration, la faute à la présence de quelques fourmillements et rares doubles contours (de l'edge enhancement si vous préférez). De plus, négatif 35mm oblige, les images présentent un grain bien présent et parfois même intrusif (les ciels à Porto Rico). Ce n'est pas un défaut puisqu'il s'agit d'une volonté artistique visant à reproduire l'ambiance poisseuse de l’œuvre, mais il est important de le signaler pour ne pas s'attendre à un rendu propre et lisse.

     

    [Test 4K Ultra HD] The Punisher(Condition de test : Config 7.1.4 sur ampli HC 11.2 en mode d'écoute Dolby Atmos pour la VO et avec post-traitement Dolby Surround pour la VF)

    Remastérisée en Atmos, la VO emmène le mixage dans des (hautes) sphères qui lui était encore inconnues. À-côté, la piste DTS-ES 6.1 du Blu-ray et la présente VF Dolby Digital 5.1 sont d'une platitude effarante (alors qu'elles envoient et ne manquent pas de vie). Les voix sont non seulement plus claires, mais les impacts des effets pyrotechniques sont autrement plus physiques (le canal LFE est puissant) et la présence multicanale bien plus précise (le tracé des flèches) et enveloppante (l'agitation au club). Offrant donc une immersion de tous les instants, elle ouvre d'autant plus l'espace en usant d'une scène aérienne (l'écho des pièces, le souffle des explosion, etc.) qui est loin de faire de la figuration.

    ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
    Matériel de test
    Diffuseur vidéo : LG OLED55C8 Source : Oppo UDP-203 Audiocom Reference Amplification : Pioneer SC-LX901
    Enceintes : Focal Chorus CC700V, Chorus 716V, Chorus 706V, Chorus B8V W, Sub 300P; Klipsch RP-140SA (7.1.4)
    ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
    Rédacteur
    [Blu-ray] Conspiracy
    le loup celeste